article de Papa Paris Games Week

Paris Games Week 2016

Ecrit par papa

 

Gamer de Père en Fils était bien sûr présent à cette édition 2016 du plus grand salon français du Jeu vidéo.

img_3664

J’ai assistĂ© Ă  l’inauguration du salon, la vieille de l’ouverture au public, l’occasion de boire une coupe avec les dĂ©veloppeurs venus prĂ©senter leurs jeux sur le Stand Jeux Made in France d’inspiration mĂ©diĂ©vale. En particulier j’accompagnais les membres de l’association East Games, le cluster du Jeu VidĂ©o de l’Est de la France.  Nous avons pu inaugurer un superbe stand (finalisĂ© un peu Ă  la dernière minute cependant). Celui-ci a attirĂ© Ă  notre grande satisfaction de nombreux joueurs et journalistes (et aussi la catĂ©gorie insoupçonnĂ©e des parents prenant la carte de visite afin de pouvoir envoyer les CVs de leurs enfant pour des stages de 3e).

img_3578  img_3609

Je suis retournĂ© Ă  la Paris Games Week avec les enfants le vendredi. Nous avons pu rentrer quelques minutes en avance et Ă©viter le dĂ©ferlement d’ados vers les stands de leur FPS favoris.

La Paris Games Week avait notablement espacé ses allĂ©es permettant une navigation bien plus agrĂ©able dans les halls (l’absence de Nintendo a dĂ» involontairement aider toutefois).

D’ailleurs en parlant de foule, les gros jeux attiraient toujours autant le public (il fallait s’armer de patience pour essayer le dernier Call of Duty Infinite Warfare ou Battlefield 1) mais l’e-sport avait un hall dĂ©diĂ© drainant lui aussi une communautĂ© considĂ©rable venue assister aux tournois organisĂ©s par l’ESWC ou l’ESL.

img_3948

Concernant le respect de la norme PEGI (qui je le rappelle n’a pas valeur impĂ©rative et n’est qu’un guide Ă©laborĂ© par l’industrie du JV elle-mĂŞme), nous avons pu constater un effort certain en matière d’information du public (le SELL avait d’ailleurs fait un important exercice de communication Ă  ce sujet peu avant la PGW). Certains exposants m’ont ainsi informĂ© que tel jeu pouvait ne pas ĂŞtre recommandĂ© Ă  mes enfants, mais me laissaient l’ultime dĂ©cision en la matière. Bien Ă©videmment difficile pour les exposants de vĂ©rifier cela Ă  chaque fois, il faudrait pour cela instaurer un système de bracelets commun Ă  tout le salon en fonction de l’âge comme Ă  la gamescom.

img_4087

La zone pour les plus jeunes, la Paris Games Week Junior,  a attirĂ© pas mal de jeunes joueurs qui pouvaient retrouver parfois les mĂŞmes titres que sur le hall principal mais avec moins d’attente. Ils pouvaient aussi essayer quelques activitĂ©s plus physiques comme un parcours d’aventure en hauteur ou du skate Ă©lectrique.

img_3959

Une image du gĂ©nĂ©ral Ackbar et son cĂ©lèbre “it’s a trap” m’a traversĂ© l’esprit quand mes enfants m’ont entraĂ®nĂ© dans la zone des shops bourrĂ©s de produits dĂ©rivĂ©s. Victor a craquĂ© pour un t-shirt d’e-sport floquĂ© Ă  son pseudo quand Oscar a continuĂ© sa collection Dragon Ball.

J’ai pu pour ma part me concentrer sur certains jeux manquĂ©s aux prĂ©cĂ©dentes conventions comme Little Nightmares ou Dishonored 2. Je suis aussi retournĂ© essayer la dĂ©mo d’Horizon Zero Dawn sur PS4 Pro.

img_3822 img_3833

Sur les stands indépendants les enfants ont essayé Oniri Islands ou Strikers Edge.

Victor et Oscar ont comblé mes lacunes en matière de YouTubers. Le stand YouTube avait de façon impressionnante la plus longue file du salon. La librairie de la PGW devait réguler la foule voulant faire dédicacer leur livre par YellowStar, la star française de l’e-sport.

img_4089 img_4099

Chaque stand essayait d’attirer le chaland soit par son architecture (mention spĂ©ciale Ă  Mafia III et son petit morceau de Nouvelle OrlĂ©ans), par des accessoires (la voiture de Final Fantasy XV, la muscle car de Forza Horizon 3, le tracteur de Farming Simulator 17), ou par des animations (YouTubers, stars de la musique, X de Xbox …), le plus souvent via les 3 en mĂŞme temps.

img_3885 img_3867 img_3926

Beaucoup de gens profitaient de l’Ă©vĂ©nement pour s’essayer Ă  la VR. UBI avait un stand pour Eagle Flight sa course aviaire au-dessus de Paris et Trackmania. Sony avait lui beaucoup de Jeux en dĂ©mo afin d’assurer le lancement de son PlayStation VR.

img_3852

ProximitĂ© des Ă©chĂ©ances Ă©lectorales,  un tel salon a bien sĂ»r drainĂ© des politiciens en campagne. Cela se traduit par des promesses aux dĂ©veloppeurs indĂ©s du stand Jeux Made in France, des selfies avec des YouTubers (dĂ©cidĂ©ment ils sont partout), ou de maladroites tentatives d’obtenir un peu de Gamer street credibility via l’essai de consoles avec les 2 manettes ou en se prenant en photo Ă  cĂ´tĂ© de mascottes.

Il y avait bien entendu des cosplayers : nous avons croisĂ©s de superbes dĂ©guisements de pokestop, de personnage de Splatoon, Ryu,….

La Game Connection qui s’est tenue en mĂŞme temps et les partenariats entre les deux Ă©vĂ©nements a notablement permettait de combler l’absence d’une zone business pour des entretiens au calme avec les dĂ©veloppeurs.

La Paris Games Week illustre bien les multiples facettes du monde du Jeu VidĂ©o partagĂ© entre blockbusters et indĂ©s, entre monde de l’enfance et professionnalisme des e-sportifs, entre produit de niche et grand public.

img_4006 img_4005 img_3883 img_3796

A propos de l'auteur

papa

Rédacteur en chef avec la Passion™ ® du Jeu Vidéo depuis ses débuts sur Spectravideo et Sinclair ZX81.
Fier papa de 2 jeunes gamers.

ajouter un commentaire

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.