article de Papa Gamescom Linux Mac PC

Expeditions: Viking

EV_Logo_Black_1920x1080

Expeditions: Conquistador étant un excellent RPG acclamé par la critique, cela va sans dire que j’étais très impatient de discuter avec Alex Mint de Logic Artists à propos de sa suite, Expeditions: Viking.

La démonstration s’est déroulé sur une build pré-Alpha, et se focalisait sur les mécanismes de campement et de combat (la carte d’exploration n’était pas encore finalisée)

Comme son nom l’indique, Expeditions: Viking nous fait changer de lieu et d’époque, nous sommes en Norvège à l’époque des Vikings.

British_Coast

La bande annonce nous place dans l’ambiance, Expeditions: Viking nous fait endosser le rôle d’un jeune chef qui doit assumer la succession de son père à la tête de son clan. Son clan est très modeste, et il doit faire face à une opposition aussi bien externe (les autres clans voisins qui le considèrent faible) qu’interne.

La première campagne consiste donc à consolider son pouvoir, rassembler ses alliés, se protéger de ses ennemis. Pour faire grandir le village, il faut rassembler de l’équipement et des ressources pour créer de nouveaux bâtiments ou des défenses. Cela attire une plus grande population dans le village ainsi que des nouveaux compagnons.

Première nouveauté, contrairement à Expeditions: Conquistador où nous étions aux commandes de nos troupes sans voir notre personnage, Expeditions: Viking place notre héros sur le champ de bataille, un chef Viking devant avant tout être un bon guerrier.

A cet effet Expeditions: Viking introduit aussi un système de customisation de son personnage.

La deuxième campagne évoquée implique des raids en Angleterre.

On choisit 6 personnages pour effectuer un raid. A l’opposé d’Expeditions: Conquistador où l’on choisissait 10 personnages d’un large vivier, ici on commence dans un très petit village avec peu d’alliés de confiance, qu’on conservera pendant assez longtemps. Si jamais le joueur ne les aimait pas il aura cependant la possibilité d’engager des mercenaires.

Une nouvelle carte fait son apparition à l’apparence d’une tapisserie Viking.

Le campement :

CAMPING_final

Sur la carte en choisissant une destination, l’ordinateur va calculer un trajet et donner le nombre de jours de voyage. Il sera recommandé de camper à certains intervalles durant le voyage. Car plus on se déplace sans camper plus notre personnage subit des pénalités d’épuisement.

Au moment de camper, l’ordinateur va proposer quelques sites aléatoirement, ceux-ci sont notés de 1 à 5 selon 3 critères : la sécurité, la qualité de l’abri et enfin la quantité de nourriture disponible à proximité.

Même si les sites de campements sont générés aléatoirement, une fois sélectionné, le campement restera disponible pendant toute la partie. Ce qui permet d’y faire un détour ultérieurement si besoin.

Camping1_720

Contrairement à Expeditions: Conquistador dont le menu de campement attribuait une tâche par personnage, celui d’Expeditions: Viking est divisé en quatre quarts.

On attribue en général deux actions par personnage, par exemple chasse, garde, soins… Et deux quarts consécutifs sont réservés au sommeil pour éviter des pénalités de fatigue.

Il faut cependant assurer un garde à chaque quart pour assurer une défense optimale.

Alex nous a montré qu’un personnage malade pouvait effectuer moins d’actions dans le camp (ce qui est une amélioration du précédent jeu où un blessé / malade ne pouvait rien faire).

Il y a désormais  6 niveaux de sévérité dans les blessures, la 6ème étant la mort.

Le système d’affectation automatique de la nourriture permet de designer automatiquement qui sera servi en premier : faut-il nourrir les meilleurs guerriers en premier ? les pires ? les blessés ? les soldats loyaux ?

Et il ne faut pas oublier d’affecter quelqu’un au nettoyage du campement, uniquement pour le dernier quart. Cela réduit les risques d’embuscades d’ennemis ayant repéré nos traces.

Camping2_720

Une fois toutes les options choisies on applique le campement ce qui déclenche une timeline et un log de joueur, et en général un événement aléatoire se déclenche.

Dans notre cas un ennemi est repéré plus loin. Il faut donc sélectionner un de nos personnages pour l’envoyer en éclaireur. Celui-ci détermine qu’il y a 6 ennemis et le fait que nous n’avons pas encore été repérés.

Alex nous explique qu’un personnage moins compétent en infiltration n’aurait vu que 4 ou 5 ennemis.

Parce que nous sommes en Angleterre pour un raid et qu’il faut garder l’élément de surprise, nous décidons d’attaquer ces bandits de peur qu’ils ne révèlent notre position.

Combat:

SKIRMISH_final

C’est ainsi l’occasion d’essayer les combats, toujours au tour par tour.

La scène de combat se déroule dans le même décor que le campement, la caméra ayant pris de l’altitude et un quadrillage hexagonal marque les possibilités de déplacement.

En se déplaçant près des ennemis un de nos personnages subit une attaque d’opportunité (oui comme dans D&D).

Il y a beaucoup d’armes différentes dans Expeditions: Viking : des épées, des haches à une ou deux mains, des lances …

Combat1_720

Autre nouveauté le jeu inclura des boucliers, ceux-ci auront des statistiques de détérioration (ils pourront se briser en combat).

Un système de craft sera présent, non seulement pour les pièges comme dans Expeditions: Conquistador mais aussi pour créer des boucliers, des armures ou des armes.

Combat3_720

A noter qu’il n’y aura plus de système de classe comme dans Expeditions: Conquistador mais un système d’expérience ou l’on reparti ses points d’expérience.

Plus on a d’expérience plus on peut débloquer de capacités spéciales.

Lorsqu’on achève un adversaire, une killcam se déclenche désormais pour une expérience plus viscérale.

En conclusion

Pour finir , Expeditions: Viking semble bien parti pour dépasser son prédécesseur et il me tarde de pouvoir l’essayer. Le jeu sortira en 2016 sans plus de précision pour le moment, d’abord sur PC et un peu plus tard sur Mac et Linux.

 

En bonus, un peu de gameplay de la présentation gamescom ainsi que la bande annonce:

 

 

A propos de l'auteur

papa

Rédacteur en chef avec la Passion™ ® du Jeu Vidéo depuis ses débuts sur Spectravideo et Sinclair ZX81.
Fier papa de 2 jeunes gamers.

Laissez un commentaire