article de Papa Mac Nintendo Switch PC PS4 PS5

Chicory: A Colorful Tale

Ecrit par papa

Développé en grande partie par Greg Lobanov responsable de l’original Wandersong, Chicory: A Colorful Tale est le fruit d’un kickstarter réussi. Le jeu est sorti cet été sur PC, Mac et PS4/PS5, et ce n’est qu’il y a quelques jours que nous avons eu droit à cette version Nintendo Switch. 

Dans Chicory: A Colorful Tale vous incarnez un personnage à tête de chien qui porte le nom de votre plat favori (moi c’est houmous), iel est la/le concierge de Chicorée, la peintre de ce monde. En effet les élus qui ont la garde du pinceau magique permettant de donner des couleurs à cet univers sont appelés peintres et sont adulés. Un jour le monde coloré devint noir et blanc, Chicorée n’étant pas disponible, vous prenez le pinceau et vous embarquez dans une aventure “haute en couleur” (rhooo ça va, fallait bien la faire).

C’est peu dire que l’ombre de Zelda plane sur ce jeu d’aventure, l’inspiration de l’œuvre de Miyamoto et Tezuka se fait ressentir constamment que ça soit dans sa structure (2D vue plongeante avec un écran par zone comme Legend of Zelda: Link’s Awakening) ou dans les décors (des villages/hameaux séparés de forêts et de cavernes à explorer) voir même dans son nom (Chicory/Chicorée est le nom d’un autre personnage que le joueur) mais avec les combats en moins (en dehors des combats de boss très réussi). Et c’est diablement reposant de pouvoir faire une aventure où tout ne se règle pas en sortant son épée. 

En effet, Houmous va pouvoir résoudre de petites énigmes grâce à son pinceau. Certaines plantes réagissant différemment à la peinture, permettant de faire pousser ou réduire des arbres d’un coup de pinceau pour servir de pont ou faire apparaître un passage. Il sera possible de faire éclater des poches de gaz ou des geysers d’un coup de pinceau. La difficulté sera d’essayer d’obtenir tous les objets à collectionner, plus difficiles à atteindre. 

Dans la tendance des coloriages déstressant ou de l’art thérapie, Chicory: A Colorful Tale encourage à prendre son temps pour simplement colorier les décors. Au fur et à mesure vous gagnerez de nouvelles palettes et motifs permettant de laisser libre court à votre créativité.

Au pad, un stick permet de contrôler Houmous tandis que l’autre dirige le pinceau. Les boutons permettent de changer de palette, de motifs ou d’épaisseur de trait. Un bouton permet d’ôter la couleur si vous n’êtes pas satisfait de votre œuvre (et aussi pour certaines mécaniques de gameplay). Quelques systèmes d’aide vous permettent de faciliter la peinture, ainsi certains objets peuvent être peints d’un coup de pinceau, de plus le pinceau tend à rester dans les contours et à ne pas dépasser, enfin en maintenant le bouton de peinture celui-ci peut remplir un espace. Bref cela rappellera beaucoup de souvenirs aux utilisateurs de MS Paint (et des joueurs d’Okami de Capcom). Le jeu profite réellement de l’écran tactile de la Nintendo Switch, qui permet de dessiner avec son doigt ou stylet compatible, un indéniable plus pour cette version. 

Impossible de ne pas évoquer l’excellente bande son composée par Lena Raine qui, sans oublier de rajouter une touche d’inspiration zeldaesque, varie beaucoup tout au long de l’aventure que ça soit des guitares et flutes enjouées à des synthés analogiques en feu durant les combats de boss.

L’univers est particulièrement attachant, un monde où les couleurs et les artistes ont une place toute particulière. Pour Houmous, Chicorée est la meilleure chose au monde et de la même façon les villageois adoreront votre art. Tous les personnages sont des animaux anthropomorphes et tous les noms sont en rapport avec la nourriture. On adore les cabines téléphoniques situées çà et là qui permettent d’appeler sa maman pour des conseils afin de progresser dans le jeu, voir parler de avec son papa pour une astuce plus directe. 

Les dialogues pleins d’empathie et de bienveillance, parfois amusants, ont trait le plus souvent aux affres de la création (la dépression, le syndrome d’imposteur, le dégoût de soi…) mais aussi au bonheur qui naît de l’art, à l’inspiration.

A noter que le jeu offre aussi un mode de jeu en coopération locale, faisant apparaitre un deuxième pinceau , permettant par exemple à l’un des joueurs de résoudre les énigmes pendant que l’autre exprime son art.

Chicory: A Colorful Tale vous accrochera plus par son histoire et son univers mignon que par la difficulté de ses énigmes mais offrira au joueur un moment de bienveillance et touchera particulièrement l’artiste (qui sommeille) en vous. 

Test réalisé à partir d’une version Nintendo Switch fourni par l’éditeur. 

A propos de l'auteur

papa

Rédacteur en chef avec la Passion™ ® du Jeu Vidéo depuis ses débuts sur Spectravideo et Sinclair ZX81.
Fier papa de 2 jeunes gamers.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.