article de Papa Linux Mac PC

Stellaris

Ecrit par papa

20160516183707_1

la première incursion de Paradox dans le 4X spatial

Les développeurs de Paradox sont bien connus des amateurs de grande stratégie pour leurs jeux exigeants tels que la série des Heart of Iron, Europa Universalis ou Crusader Kings.

Stellaris est leur première tentative dans le genre du 4X spatial (c’est à dire « eXplore, eXpand, eXploit and eXterminate ») et nous avions eu la chance d’en avoir un aperçu au moment de son annonce à la gamescom 2015.

Si le jeu se veut plus accessible que le reste de la production de Paradox, il n’est pas casual pour autant.

La partie s’ouvre sur le choix de notre race et de notre civilisation. Dès le début, de nombreux critères entrent en ligne de compte (espèce, agressivité, système politique, religion, idéologie), on peut ainsi commencer avec une espèce xénophobe, pacifique et matérialiste, ou avec des militaristes fanatiques collectivistes. Il y a des milliers de races aléatoires possibles20160516160603_1On ne dispose que d’une seule planète habitée avec son spatioport dans un unique système solaire, notre civilisation venant à peine de découvrir le voyage spatial. La première chose à faire est d’envoyer un vaisseau scientifique explorer le système afin d’en faire l’inventaire des ressources potentielles, qu’un vaisseau de construction pourra ensuite exploiter grâce à des complexes miniers. Puis c’est parti pour l’exploration d’autres systèmes solaires à la recherche de planètes habitables que des vaisseaux de colonisation permettront d’assimiler à votre empire naissant.20160511184727_1Pendant ce temps il faut gérer ses planètes. Celles-ci sont divisées en quelques zones d’habitations. On peut décider de construire des bâtiments agricoles, énergétiques, scientifiques, bouger ses populations et terraformer les zones non habitables. Il aussi faut gérer la satisfaction de sa population en fonction de son idéologie. Celle-ci peut changer. Il y a même des élections régulièrement.

Toutes ces dépenses en constructions de vaisseaux, en entretien, en terraformation requièrent de gérer au mieux son budget (reparti entre énergie, nourriture et minéraux) qui peut vite devenir terriblement déficitaire.

Au niveau de l’interface on passe aisément de la vue d’un système stellaire à la galaxie. Stellaris se déroule en temps réel et il possible d’accélérer le temps ou de faire des pauses. Tout est facilement accessible et le jeu est assez magnifique Les développeurs ont même permis aux joueurs de créer leurs propres mods. 20160516175147_1Au long de la partie il faut assigner des recherches à ses scientifiques parmi 3 branches: la biologie, la physique et l’ingénierie. L’originalité ici est que l’arbre technologique n’est pas connu à l’avance. L’inconvénient est une part de hasard dans les découvertes, compensé par le réalisme de ce choix.

Les scientifiques font parfois des découvertes appelées anomalies, telles que la découverte d’anciens artefacts. A vous de voir si vous souhaitez assigner des ressources à leur recherche. Toutes ces découvertes apportent une couche narrative qui joue une grande part dans l’intérêt du jeu.  A chaque partie une trame, une quête principale se dégage.

Au niveau des regrets on notera une IA des ennemis assez passive, il est rare qu’ils vous déclarent la guerre. La diplomatie semble assez légère elle aussi. Mais connaissant les développeurs de Paradox ces quelques défauts vont être rapidement réparés. Des patchs importants et add-ons gratuits sont déjà en cours de production.

Stellaris est vraiment grisant et entremêle avec brio exploration, découverte ,stratégie et diplomatie, le tout porté par une musique épique à souhait.

Une valeur sûre.

 

20160516165940_1

 

A propos de l'auteur

papa

Rédacteur en chef avec la Passion™ ® du Jeu Vidéo depuis ses débuts sur Spectravideo et Sinclair ZX81.
Fier papa de 2 jeunes gamers.

Laissez un commentaire