article de Papa Nintendo Switch PS4 XBOX One Xbox Series

R-Type Final 2

Ecrit par papa

Il y a des jeux qui ont une place particulière dans votre cœur, peut-être pas ceux auxquels vous avez le plus joué, mais qui restent gravés comme les capsules temporelles d’une époque révolue. Dans mon cas, c’est R-Type et le souvenir d’avoir pu y jouer une nuit sur la borne fraîchement sortie sans y mettre de pièces, quand mes parents ont été invités dans le restaurant familial d’un collègue lors d’un voyage. Alternant les parties avec des enfants dont je ne comprenais pas la langue mais avec lesquels j’avais un objectif commun, défaire l’empire Bydo.

Sorti en 1987 sur borne d’arcade au Japon et porté sur presque toutes les consoles et micro-ordinateurs de l’époque, le premier R-type est un shoot’em up où vous dirigez un ultime vaisseau spatial parti éliminer toute l’armée Bydo, des armes biologiques artificielles qui se sont retournées contre l’humanité.  A sa sortie la grande nouveauté était d’avoir un boss impressionnant à la fin de chaque niveau et surtout ce petit module permettant d’ajouter des armes.

Que la force soit avec toi

Ce petit module ressemblant à une sphère orange appelée la Force est vraiment la particularité numéro un du gameplay de ce shoot horizontal. D’une pression d’un bouton il est possible de rappeler celle-ci pour l’amarrer à votre vaisseau ou au contraire l’éjecter.  La Force peut être attachée à l’avant ou à l’arrière du vaisseau, permettant de fournir une attaque arrière qui sera définitivement utile dans certains niveaux. La Force, une arme vivante indestructible, composée de cellules Bydo, peut aussi être envoyée comme bouclier ou pour détruire les vaisseaux adverses. 

R-Type Final 2 reprend bien sur tous ces éléments à travers des graphismes désormais en 3D. Si on peut reprocher un aspect un peu trop lisse à la représentation 3D, digne des générations précédentes, il est indéniable que dans cette version les effets de lumière des différentes armes et tirs chargés illuminent de mille feux l’écran, un vrai feu d’artifice.

Get away from her you bitch!

R-Type étant un produit de son époque, on y trouvera des influences de la SF contemporaine, ainsi on ne peut manquer de retrouver des ressemblances entre la créature du film Alien et le premier boss, le fameux Dobkeratops, l’adversaire le plus iconique de la série, que l’on retrouve gelé dans R-Type Final 2 (mais qui ne partira pas sans un combat). D’ailleurs l’univers du jeu est un mélange de biologie et de mécanique à la façon d’H.R. Giger.

R-Type Final 2, fruit de divers campagnes de kickstarter, est le premier jeu de la série depuis 10 ans (depuis  R-Type Tactics II: Operation Bitter Chocolate, un jeu de stratégie sorti sur PSP) et se veut le sixième épisode canonique et fournira aux joueurs ses habituels niveaux colorés tous différents les uns des autres.

Les joueurs en manque de challenge trouveront leur plaisir grâce aux 7 niveaux de difficulté. Seuls les cinq premiers étant disponibles au début, il vous faudra débloquer les deux derniers. Et bien sûr le jeu offre onze niveaux (grâce à des embranchements) dont il vous faudra connaître par cœur les apparitions des ennemis comme dans tout bon die & retry.

Yo Dawg, I herd you like R-9A Arrowhead … 

En cours de partie vous pourrez récupérer des éléments comme le Solonium, l’Etherium, et le Bydogen, ainsi que plus prosaïquement de l’argent et cela vous permettra de construire (ou d’acheter) de nouveaux appareils. Plus d’une centaine d’appareils seront ainsi jouables mais la plupart ne seront que des variations sur un thème. D’ailleurs c’est un des grands aspects de ce R-Type Final 2, la customisation de l’expérience. En effet, en plus des vaisseaux à débloquer vous pourrez les personnaliser, changer leur couleur, y ajouter des autocollants, il sera même possible de pimper votre pilote et de prendre le tout en photo pour frimer auprès de vos amis.

En parlant de frime, vous pourrez comparer vos exploits grâce à un système de classement mondial.

La nostalgie ne nous aveuglera pas au point d’ignorer certains défauts. Premier d’entre eux, l’idée de régler la vitesse du vaisseau sur les gâchettes du pad semble peu appropriée, en effet la jouabilité de l’ancêtre ne se retrouvera qu’en choisissant la vitesse maximale. On notera un souci de finition dans les menus ou ces inutiles scènes de décollage en vue à la première personne, que l’on peut passer fort heureusement. Enfin et plus généralement le jeu reprenant plusieurs niveaux existants et n’offrira que peu de surprises aux joueurs connaissant les titres précédents. Enfin comme beaucoup de shoot‘em up, il pourra paraitre assez court pour les meilleurs joueurs. 

Totalement conscient de ces imperfections, le plaisir de retrouver mon bon vieux R-9A fait tout de même pencher la balance pour moi. R-Type Final 2 est disponible sur PlayStation 4 (et 5 par rétrocompatibilité), Nintendo Switch, Xbox One et Xbox Series X|S

Test réalisé à partir d’une version PS4 fournie par l’éditeur.

A propos de l'auteur

papa

Rédacteur en chef avec la Passion™ ® du Jeu Vidéo depuis ses débuts sur Spectravideo et Sinclair ZX81.
Fier papa de 2 jeunes gamers.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.