article de Papa PlayStation VR Réalité Virtuelle VR

Wolfenstein: Cyberpilot

Ecrit par papa

Wolfenstein: Cyberpilot est un jeu pour casque de réalité virtuelle développé en France chez Arkane Lyon, filiale du groupe Zenimax (Bethesda) et connus pour leur génialissime série Dishonored. 

Sorti en même temps que Wolfenstein: Youngblood, Cyberpilot prend place peu de temps avant les événements de celui-ci. S’il ne se concentre pas sur la famille Blazkowicz, certains personnages y feront une apparition. Le jeu se déroule dans cet univers parallèle des années 80 où l’Allemagne nazie a dominé le monde et contrôle encore l’Europe. Plus exactement vous êtes à Neu-Paris, la capitale française sous le joug ennemi.

Wolfenstein: Cyberpilot_20190728164759

Vous y incarnez un cyberpilote, capable de contrôler tout type de véhicules. Aidé par la résistance française vous allez hacker différents robots ennemis assis dans votre chaise de contrôle et les diriger à distance.  La résistante Maria vous donnera des instructions par le haut-parleur et son assistante Emma vous donnera des aide via un écran sur votre gauche.

La première mission vous demandera de contrôler le fameux Panzerhund, cet énorme chien-robot cracheur de flamme bien connu des joueurs de la série, afin de vous frayer un passage dans un Paris occupé de soldats nazis surarmés. Le Panzerhund dispose d’une capacité Ruée pour une charge à grande vitesse qui peut écraser les ennemis.

Wolfenstein: Cyberpilot_20190817111853

Sur PS4, Wolfenstein: Cyberpilot se dirige au pad ou au Playstation Move (mais clairement il n’est pas correctement jouable avec le pad, la manipulation d’objets étant un calvaire dans ce cas).  Vous pouvez diriger le pointeur (ou les pointeurs suivant votre engin) de votre arme très précisément grâce aux Playstation Move, les déplacements des véhicules sont un peu moins instinctifs utilisant les petits boutons du Move pour s‘orienter par angles précis (c’est un peu déstabilisant au début).

Wolfenstein: Cyberpilot_20190817110653

Un bouton panique (un gros bumper rouge à votre gauche) sert à utiliser les capacités spéciales (bouclier sur le zitadelle, invisibilité sur le drone). En posant un des contrôleurs sur un support spécifique à votre droite des mini drones viendront réparer votre véhicule (empêchant tout mouvement pendant ce temps à vous de bien choisir le moment).

Entre chaque mission vous serez amené à réparer et modifier divers équipements dans une ancienne base nazi. 

Wolfenstein: Cyberpilot_20190817112459

Une autre mission vous permettra de piloter un drone et demandera de faire preuve de plus de discrétion. Le drone est bien plus manœuvrable et permet d’utiliser la hauteur pour échapper aux adversaires. Il faudra faire attention aux patrouilles car il est beaucoup plus fragile. Il dispose d’une attaque électrique à courte portée et peut se camoufler pendant un temps limité. Le drone pourra en outre hacker certains ordinateurs (il faudra alors orienter le Playstation Move lentement jusqu’à trouver le point de piratage et le maintenir en position).

Wolfenstein: Cyberpilot_20190817104206

La mission dans le Zitadelle, l’énorme mastodonte mécanique équipé de mitrailleuses et lance-roquettes fera moins dans la dentelle. Il faudra faire attention à ne pas faire surchauffer ses armes. Comme toujours le PlayStation VR retranscrivant particulièrement bien les échelles vous avez réellement l’impression de surplomber tous vos adversaires du haut de l’énorme machine de mort.

Wolfenstein: Cyberpilot_20190728164552

Testé sur PlayStation VR, Wolfenstein: Cyberpilot s’avère d’un bon niveau graphique pour la plateforme (même si le PSVR accuse désormais son âge par rapport aux autres supports VR). On y reconnaît les bâtiments de style Haussmanniens et les rues typiques de notre capitale. 

Mais incontestablement le jeu est un particulièrement court: pas plus de quatre missions se terminant en 3 heures environ. Il faut plus le considérer comme une expérience ou un hors d’œuvre.

Les joueurs fans de la série seront ravis de retrouver dans  Wolfenstein: Cyberpilot un univers connus sous un autre angle et en VR et le considèrent comme complément sympathique mais dispensable  à Wolfenstein: Youngblood. Les autres regretteront une expérience VR très courte et assez classique. 

Le jeu est disponible sur HTC Vive et PlayStation VR.

Test réalisé à partir d’une version Playstation 4 fournie par l’éditeur. 

A propos de l'auteur

papa

Rédacteur en chef avec la Passion™ ® du Jeu Vidéo depuis ses débuts sur Spectravideo et Sinclair ZX81.
Fier papa de 2 jeunes gamers.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.