article de Papa PS4

The Last Guardian

Ecrit par papa

Le dernier né de la Team ICO est enfin entre nos mains.

La team ICO c’est cette division de Sony SCE Japan Studio dirigée par  Kenji Kaido et le directeur de création Fumito Ueda. Ils sont connus pour les chefs d’œuvre Ico (2001) et Shadow of the Colossus (2006)  sur PlayStation 2.

Autant dire que l’attente pour ce projet annoncé à l’E3 2009 fut longue.

The Last Guardian c’est une belle histoire d’amitié entre un jeune garçon et Trico, une énorme créature chimérique, hybride entre un canidé, un félin et un oiseau.

Le jeune garçon se retrouve mystérieusement au milieu de ruines de constructions anciennes et grandioses avec ce gigantesque animal enchaîné dont les légendes racontent qu’il dévore les humains.

Un narrateur, le jeune garçon plus âgé, commente les événements et guide, avec parcimonie,  le joueur lorsqu’il est perdu.

On retrouve des éléments des précédents jeux : l’amitié entre le jeune garçon et Trico fait fortement penser à celle entre Ico et Yorda dans ICO.  Le but est similaire aussi : il s’agit de se frayer un chemin dans les dédales labyrinthiques de ces ruines gigantesques. Et comme dans Ico, les environnements sont les vestiges de temples où la nature empiète sur les constructions humaines. La structure, massive et verticale, est traversée de part en part de manière linéaire et alambiquée.

La différence c’est que le personnage faible ici c’est vous ! Des armures animées vous attaqueront et vous ne devrez votre salut qu’à la fuite ou plus probablement à l’intervention de votre ami géant.

Les interactions entre le jeune garçon et Trico ont été particulièrement soignées. Le comportement de Trico est extrêmement réaliste, The Last Guardian nous donne réellement l’impression d’interagir avec un véritable animal.

Impossible de faire l’impasse sur la réalisation et l’aspect esthétique. The Last Guardian est vraiment magnifique. C’est un jeu de contraste, entre l’ombre et la lumière, entre le jeune garçon qui ressemble à un personnage de film d’animation et un Trico ultra réaliste, dont les moindres plumes ondulent sous le vent. Le passé d’Ueda dans le domaine de l’animation crève les yeux tant les mouvements de Trico semblent réalistes tandis que ceux du garçon paraissent comme tout droit issus d’un dessin animé.

La musique, superbe, a le tact de n’être présente que lors des moments importants et de laisser des passages calmes. Le silence permet lui aussi de transmettre des émotions, ici il convient parfaitement à ces environnements désolés.

Les contrôles sont déconcertants au premier abord mais reflètent des choix artistiques profonds :

Le bouton du haut (Triangle) sert à toutes les actions vers le haut (grimper, sauter), celui de la croix à celles vers le bas (descendre, s’accroupir), c’est un peu déconcertant au début mais logique. En outre tout est fait pour être analogique et pas de simples interrupteurs : je m’explique : pour utiliser un levier il faut appuyer sur un bouton et descendre le stick vers le bas pendant un certain temps  pour transmettre la difficulté de bouger cet énorme objet par un frêle jeune garçon. De la même façon donner des ordres à Trico nécessite parfois de s’y reprendre à plusieurs fois, c’est parfois irritant mais cela permet de distiller l’idée d’avoir à faire à un animal vivant qui n’en fait un peu qu’à sa tête.

On appréciera les voix japonaises originales sous-titrées.  Parmi les regrets,  l’interface d’aide un peu trop omniprésente affichant quel bouton ou stick à actionner à contre sens total du jeu qui n’a justement aucune interface (pas de points de vie, d’inventaire, …) semble avoir été rajoutée au dernier moment.

A noter que sur ma PS4 Pro le jeu tournait très correctement, mais j’ai eu vent de légers ralentissements sur une PS4 normale, sans que cela soit nuisible pour le jeu.

The last Guardian est un jeu d’auteur qui assume totalement son médium. Pas de scènes cinématique pour imiter le cinéma, pas d’interface pénible pour indiquer l’inventaire ou des objectifs, mais une leçon de game design.

Test réalisé à partir d’une version PS4 fournie par l’éditeur.

 

A propos de l'auteur

papa

Rédacteur en chef avec la Passion™ ® du Jeu Vidéo depuis ses débuts sur Spectravideo et Sinclair ZX81.
Fier papa de 2 jeunes gamers.

Laissez un commentaire