article de Papa Linux Mac PC

Tyranny le test

Ecrit par papa

J’ai exploré ma part d’ombre avec le nouveau RPG d’Obsidian Entertainment aperçu lors de l’E3 2016.

Because I’m bad, I’m bad, come on (Bad bad, really, really bad)

Tyranny vous met dans la peau d’un Scelleur de Destin, un agent du tyran Kyros ayant soumis l’entièreté du monde de Terratus sous son joug de fer. A vous de rendre la justice et d’appliquer la volonté de Kyros sur ces terres.

L’histoire prend place dans la région des Tiers, où a lieu un soulèvement de rebelles  que tente de mater les deux principales armées de Kyros : les « Disgraciés » et le « Chœur écarlate ».

20161120153726_1

Kyros vous envoie exécuter un « décret », un sort terriblement destructeur. Celui-ci impose à ses armées embourbées dans ce conflit (entre autre par leurs rivalités) de reprendre la tour occupée par les rebelles en quelques jours sous peine de destruction de la région.

Tyranny est un RPG à la façon des années 90 (la grande époque de Fallout, Baldur’s Gate, Planescape torment) ou CRPG / Western RPG pour les intimes. Pour les jeunes cela signifie: une vue isométrique (sans possibilité de bouger la caméra à part un léger zoom), des fiches de personnages complexes, le sempiternel petit portrait pour illustrer le personnage, et beaucoup de texte.

De façon originale, vous aurez le choix de commencer le jeu par une introduction interactive expliquant la façon dont le mystérieux Kyros a pris le pouvoir et votre implication dans cette conquête.

20161204154107_1

Techniquement Tyranny utilise une version modifiée du moteur Unity utilisé pour Pillars of Eternity, autre excellent RPG des mêmes développeurs. Les environnements sont très détaillés et soignés même si ils sont parfois un peu ternes (mais de façon assez logique, il s’agit d’une période de guerre).

Rapidement vous aurez la possibilité d’avoir des compagnons. Ceux-ci ne se priveront pas de commenter vos actes ou d’exprimer leurs désaccords entre eux.

20161204144639_1

Par-delà le bien et le mal

Dans Tyranny, il n’y a pas vraiment d’alignement classique bien/mal (et ça serait difficile vous êtes déjà du côté du grand méchant) mais plutôt un système d’alignement sur l’une des deux factions (les « Disgraciés » ou le « Chœur écarlate »).

Les Disgraciés sont une armée peu nombreuse mais efficace, basée sur des valeurs comme l’ordre et l’honneur. Le chœur écarlate est plus chaotique (constitué d’ennemis capturés). En pratique ça me semble ressembler à la dichotomie loyal/chaotique des jeux de rôle classiques.

Les combats sont en temps réel avec un système de pause active, ce qui permet de placer plusieurs ordres à la suite. Attention ceux-ci sont assez difficiles en mode normal, mais vous pouvez modifier la difficulté du jeu ( quoi ? Est-ce que j’ai essayé le mode facile ? Attention derrière toi un singe à trois têtes ! *disparaît dans un nuage de fumée *)

20161204121614_1

De nombreuses situations peuvent se résoudre par le dialogue au lieu du combat (même si ceux-ci sont très présents). Certaines lignes de dialogues ou actions ne sont accessibles que si l’on a le niveau de compétence requis (par exemple 38 en athlétisme). Les dialogues ont un vrai impact sur l’histoire. En tant que juge vous serez régulièrement poussé à départager, juger des situations difficiles sans vrai bon ou mauvais choix.

Parmi les nouveautés on trouve un système de combos permettant à deux personnages d’effectuer une attaque commune. On trouve aussi la possibilité de crafter les sorts du Scelleur de Destin.

A noter que le jeu est plus directif que Pillars of Enternity avec moins de quêtes annexes.

20161204165839_1

Le monde et le contexte de Tyranny ont fait l’objet d’un soin tout particulier. On appréciera d’autant plus la sorte d’hypertexte permettant d’afficher d’un click plus d’information sur les mots en couleurs dans les dialogues. Mais la principale qualité de Tyranny c’est la qualité de son écriture. Pas d’elfe ou de nains ici et les clichés sont rares. Tout semble crédible : la difficulté de la vie des soldats, les rivalités entre les différentes armées, les mensonges et les manipulations. Et surtout le jeu ne se prive pas d’aller au bout de son postulat (vous êtes un suppôt du grand méchant vainqueur) and vous laissant parfois prendre des décisions assez horribles.

Tyranny est un excellent RPG qui vous permettra de laisser libre cours à votre côté maléfique.

20161204162110_1

Test réalisé à partir d’une version PC fournie par l’éditeur

A propos de l'auteur

papa

Rédacteur en chef avec la Passion™ ® du Jeu Vidéo depuis ses débuts sur Spectravideo et Sinclair ZX81.
Fier papa de 2 jeunes gamers.

Laissez un commentaire