article de Papa PS4

Ghost of Tsushima

Ecrit par papa

“It’s born-born, young Lord, raise your swords, Time for everyone to go record” – Wu-Tang Clan 

Chant du cygne des exclusivités de la PS4 avant l’arrivée de la nouvelle génération de consoles de Sony, Ghost of Tsushima est un jeu d’action et d’aventure en open-world.

Ghost of Tsushima est aussi le dernier jeu en date de Sucker Punch, le studio de développement américain connu pour les séries Sly Raccoon et inFamous. 

Dans Ghost of Tsushima vous incarnez Jin Sakai, un samouraï au 13e siècle sur l’île japonaise de Tsushima. L’île subit de plein fouet une invasion de mongols. Seul rescapé de la terrible bataille de Komoda, notre héros va essayer de trouver de l’aide pour tenter de sauver son maître et libérer son île du terrible joug du général Khotun Khan.

Pour parcourir l’île, vous pourrez chevaucher votre fidèle destrier dont il faudra choisir le nom et la couleur et qui revient dès que vous l’appelez à vous façon de Zelda Breath of the Wild ou des jeux Red Dead. 

Les combats sont particulièrement bien rythmés et soignés avec quelques originalités, comme ces défis mettant deux combattants face à face et vous demandant de lâcher le bouton au moment exact où l’adversaire lance son attaque pour le trancher dans un geste d’une énorme coolitude qu’apprécieront les fans de chanbara et d’animés. Au fur et à mesure de votre progression vous apprendrez de nouvelles postures de combats, et il faudra choisir la plus adaptée en fonction du type d’adversaire (par exemple la posture du vent sera plus efficace contre les ennemis munis de lances). Sinon en général il faudra parer les attaques adverses et esquiver au bon moment celles annoncées d’une lumière rouge (imparables). Des coups forts permettront de briser la garde l’adversaire et quelques armes permettront de les surprendre (kunai, bombes fumigènes, … ).

Plus loin dans l’aventure vous débloquerez d’autres armes,  enfin divers arbres de compétences assez détaillés permettront à chacun d’avoir des styles très différents. 

En cours d’intrigue vous serez amené à éliminer les ennemis par surprise, ce qui entraînera votre héros à rompre le bushido, le code d’honneur des samouraïs. Cela amènera aussi un autre style de jeu basé sur l’infiltration (avec désormais l’inévitable sens radar amené par la série Batman Arkham). Cette nouvelle approche du combat engendrera une remise en question du héros, liant ainsi parfaitement gameplay et narration. D’ailleurs en parlant de Batman Arkham, Ghost of Tsushima lui emprunte aussi ses scènes d’enquêtes, ou il vous faudra examiner les indices pour comprendre ce qu’il s’est passé.

On retrouve les influences des jeux Ubisoft en matière de création de jeu en monde ouvert, avec de multiples activités et mini quêtes secondaires (il y a même des phares à allumer). En trouvant certains lieux le héros sera amené à composer des haïkus, ces courts poèmes japonais, en observant son environnement. En suivant les renards, et trouvant leurs terriers Jin pourra trouver des charmes spéciaux (lui octroyant divers bonus). Les Sanctuaires Shinto demanderont un peu d’acrobatie. Trouver les piliers de l’honneur permettront d’obtenir des kits de sabres, il y a aussi la collection d’artefacts mongols, on pourra aussi collectionner les criquets chantants …. Bref on ne s’ennuie jamais vraiment, même si cela peut parfois vous éloigner de votre quête en cours. 

Néanmoins ces lieux de découvertes et objets à collectionner s’intègrent de façon plus subtile que dans d’autres open-world. Ghost of Tsushima souffre un peu moins du syndrome du parc d’attraction frappant typiquement ce type de jeux.  

Le jeu est un magnifique simulateur à screenshots. En effet le mode photo très détaillé ainsi que l‘environnement superbe permettent de prendre de magnifiques clichés. Si techniquement le jeu est de bonne facture avec quelques aspects inégaux, c’est le jeu sur les couleurs de la nature ainsi que le système de météo dynamique qui le rend si beau et vivant.

Si Ghost of Tsushima n’est pas particulièrement court, il permet de petites sessions de jeux grâce à ces missions assez succinctes (contrairement à celles des jeux Rockstar Games) ce qui lui vaut un seal of approval de “papa occupé”. On appréciera aussi les temps de chargement particulièrement courts pour ce type de jeu. L’histoire à base d’honneur et d’amitié trahies vous fera passer un bon moment, de même pour les quêtes secondaires. L’écriture et les dialogues sont vraiment de bonne facture tout comme le doublage français.

Pourtant habituellement moins sensible aux jeu en monde ouverts, je me suis vraiment laissé séduire par la beauté des environnements et l’histoire de Ghost of Tsushima, qui se laisse déguster comme un bon blockbuster d’été.

Test réalisé à partir d’une version PS4 fournie par l’éditeur.

A propos de l'auteur

papa

Rédacteur en chef avec la Passion™ ® du Jeu Vidéo depuis ses débuts sur Spectravideo et Sinclair ZX81.
Fier papa de 2 jeunes gamers.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.