article de Papa PC PS4 XBOX One

Resident Evil 3

Ecrit par papa

Resident Evil 3 est le remake de Resident Evil 3: Nemesis, 3e épisode de la série racontant les mésaventures d’une pandémie mal gérée (ah comme ça semblait amusant à l’époque).

Vous y incarnez Jill Valentine, ancienne membre des S.T.A.R.S. (Special Tactics And Rescue Service) cette unité d’élite qui a méchamment morflé face aux zombies dans Resident Evil premier du nom. 

Cet épisode prend place 2 mois après les événements du premier jeu et son manoir bourré à ras bord de zombis et autres expériences de la société pharmaceutique Umbrella. L’histoire commence donc le 28 septembre 1998, soit un jour avant les événements de Resident Evil 2. Jill se retrouve attaquée dans son appartement par une arme biologique, un énorme zombie appelé Nemesis ayant pour seul mission d’annihiler les membres restants de l’équipe des S.T.A.R.S.   

Dans sa fuite, au milieu de la ville de Raccoon City ravagée par l’épidémie de Zombies elle devra son salut à l’intervention de Carlos Oliveira, un membre de l’équipe de mercenaires de l’U.B.C.S. (Umbrella Biohazard Countermeasure Service) venue nettoyer les dégâts. 

Le jeu reprend les mécaniques connues de la série de survival horror avec son inventaire limité, les herbes et la poudre à combiner pour les upgrader, les puzzles bizarres, et les munitions limitées. 

Mais cet épisode se veut plus orienté sur l’action du fait de cette ville désormais peuplée de zombies et surtout parce que votre héroïne est la proie de Nemesis.

Sarah Connor ? C’est à coté

Impossible en voyant Nemesis, (cet ennemi qui ne “connaît pas la pitié, ni les remords, ni la peur et rien au monde ne peut l’arrêter, personne. Il est ici pour vous tuer”) de ne pas penser au robot tueur de Cameron, car le jeu est une longue fuite en avant. Et il faut avouer qu’on se sent bien peu de choses face à cet adversaire déterminé et effrayant. Il est nettement plus agressif que Mr. X, l’ennemi de Resident Evil 2. D’ailleurs il n’hésitera pas à utiliser des armes. Il faudra utiliser la touche d’évitement avec un timing parfait pour lui échapper. 

Tech Noir

Techniquement ce remake est dans le prolongement de celui de Resident Evil 2, avec des graphismes de très belle facture, en fait ils semblent même meilleurs que ceux du précédent remake avec des éclairages extérieurs impressionnants. Le gameplay a aussi eu droit à une upgrade de celui du jeu d’origine (fini les contrôles dits “Tank” et les caméras fixes). Mais le jeu est beaucoup plus sombre et effrayant. J’y ai d’ailleurs joué en plein jour avec ma femme à mes côtés parce que…euh… je suis une petite nature.  Le jeu est réalisé à partir du même moteur RE Engine utilisé depuis Resident Evil 7: Biohazard et Resident Evil 2 Remake. D’ailleurs les quelques premières minutes du jeu font référence à la vue en première personne de Resident Evil 7. 

On y trouve plus souvent des environnements ouverts comme ces rues dévastées. Mais que les connaisseurs ne s’inquiètent pas ils découvriront aussi des zones plus claustrophobiques comme ce labyrinthe cauchemardesque remplies de créatures mi-insectes mi-alien. Les décors sont nettement plus variés que dans l’épisode précédent. 

Le mannequin russe Sasha Zotova prête ses traits à Jill Valentine (ce qui n’est pas une nouveauté dans la série, le mannequin Julia Voth ayant déjà servi de modèle pour la version 2002 de Jill Valentine) ce qui permet de donner une touche de réalisme au personnage. 

A noter que Capcom offre aussi le jeu multijoueur ‘Resident Evil: Resistance’ avec ce remake. Resident Evil: Resistance est un jeu à part entière vous permettant de jouer en ligne dans un mode multi asymétrique en 1 contre 4. Dans ce mode l’un des joueurs joue le rôle de MasterMind, une recrue d’umbrella chargée de tester des cobayes, les 4 autres joueurs vont jouer les survivants. Le but des survivants est de compléter les objectifs des 3 différentes zones de chaque niveaux avant le temps imparti (trouver des clés, éliminer des zombies, ..) Pendant ce temps le Mastermind derrière ses caméras de sécurité peut déployer différents types de zombies ou pièges, car son but est de ralentir les survivants. Les survivants pourront trouver divers équipements sur leur chemin (plantes pour les soins, munitions) et même en acheter.  De plus le mastermind peut prendre le contrôle direct des zombies pour plus d’efficacité. Les survivants auront chacun des habilités spéciales (réduction des dégâts subis, soin, attaques de mêlée, hack…). Un jeu sympathique pour prolonger l’ambiance Resident Evil à plusieurs. 

Resident Evil 3 est plus linéaire que le remake de l’année dernière, il est aussi plus court (ce qui n’est pas forcément un mal). Les puzzles sont aussi plus simples (du fait de cet aspect fuite en avant empêchant de trop longs retours en arrière).  

La difficulté m’a semblé un poil plus élevée, les zombies étant souvent plus nombreux et plus agressifs. Mais s’il y a plus d’action, l’expérience reste celle d’un jeu de survival-horror et pas un FPS. 

Bien sûr il y a quelques références à l’univers de la série mais il est tout à fait possible de jouer à cet épisode sans avoir joué aux précédents. 

Resident Evil 3 change le rythme de la série en mettant tous les potards sur 11 et ne manquera pas de vous emballer pour peu que vous ayez le cœur bien accroché. 

Il est disponible sur Xbox One, PS4 et PC.

Test réalisé à partir d’une version PS4 fournie par l’éditeur. 

A propos de l'auteur

papa

Rédacteur en chef avec la Passion™ ® du Jeu Vidéo depuis ses débuts sur Spectravideo et Sinclair ZX81.
Fier papa de 2 jeunes gamers.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.