article de Papa PC PS4 XBOX One

Star Wars Battlefront II

Ecrit par papa

Equipés de nos plus beaux pyjamas de wookiees, nous avons testé le dernier jeu d’EA dans l’univers de Chewbacca.

Star Wars Battlefront II est le nouveau First Person Shooter (FPS) d’EA basé sur Star Wars disponible sur Xbox One, PS4 et PC. Par rapport à son prédécesseur le jeu offre enfin la campagne solo demandée par les fans.

Star Wars Battlefront II est un projet majeur pour EA. C’est ainsi que le jeu a été réalisé par 3 studios de développement différents: DICE, le studio célèbre pour la série Battlefield, s’est chargé de la technique et du multi, Criterion (les connaisseurs se souviendront des Burnout) s’est occupé des combats spatiaux et enfin les canadiens de Motive Studios (le studio fondé par Jade Raymond) ont développé la campagne solo.

La campagne vous met principalement dans la peau d’Iden Versio, personnifiée sous les traits de l’actrice Janina Gavankar qui a déjà joué dans plusieurs jeux vidéo (dont Far Cry 4).  Iden est chef de l’escouade Inferno de l’empire, des super soldats d’élite remplissant les missions les plus dangereuses pour l’amiral Versio (oui c’est papa).  L’histoire se déroule juste après les événements de l’épisode VI et avant l’épisode VII.  Le  fan service sera de la partie et vous rencontrerez de nombreux personnages et lieux de l’univers Star War. Vous pourrez même  incarnez à différentes reprises les héros de la saga comme Luc, Leia, Han … Les héros sont assez développés pour un FPS et on se laisse entraîner avec plaisir par cette histoire qui permet une transition entre les deux trilogies. Au niveau du gameplay il s’agit d’un FPS classique assez linéaire. Le personnage pourra s’équiper de trois capacités/améliorations via des « cartes étoiles ». Par exemple on pourra s’équiper d’un délai de réutilisation accéléré, ou un autre type de grenades. Ces cartes se trouvent dans les caisses (les fameuses lootbox) ou en les fabriquant (via la monnaie du jeu) et sont donc aléatoires.

Au niveau multijoueur, on a droit à 5 modes permettant jusqu’à 40 joueurs de s’affronter simultanément.

Ainsi Assaut Galactique, le mode multi principal,  permet des combats terrestres entre deux équipes de 20 joueurs sur différentes planètes.

L’Assaut des Chasseurs est une bataille de vaisseaux spatiaux entre deux équipes de 12 pour atteindre leurs objectifs. On peut choisir parmi 3 types de vaisseaux : des intercepteurs rapides comme l’A-wing, de puissants vaisseaux comme le TIE et des bombardiers comme l’Y-wing. Il est aussi possible de les personnaliser grâce à des cartes des Étoiles Des vaisseaux de l’IA renforcent les équipes.

Le mode Frappe, une sorte de « capture the flag »,  permet à deux équipes de huit joueurs de s’affronter pour atteindre leurs objectifs dans des environnements plus restreints.

On retrouvera bien sur le mode Arcade permettant, en solo ou à deux en écran partagé, d’effectuer des courtes missions contre l’IA.

Le mode affrontement héroïque permet d’utiliser les personnages principaux, héros et vilains de la saga, en mode match à mort par équipe en 4 vs 4, c’est à mon avis le mode le plus faible du jeu, les combats étant réellement brouillon et l’intérêt se limitant uniquement à incarner les héros.

Enfin le mode escarmouche se déroulera dans des environnements plus petits et sera un match à mort par équipe entre deux équipes de 10 joueurs (le but étant d’atteindre le score de 100 avant l’autre équipe).

Un des grands avantages du jeu est de pouvoir incarner ou affronter les personnages principaux des 3 trilogies, parmi lesquels Kylo Ren, Rey, Dark Maul, Yoda et bien d’autres. Ces héros ont des capacités uniques et améliorables grâce à des cartes étoiles.

Mais pour cela il faudra gagner des points en éliminant des adversaires ou des objectifs. Les points s’accumulent en cours de partie jusqu’à vous permettre de débloquer un héros surpuissant ou un chasseur mythique.  C’est assez classique mais c’est une nette amélioration par rapport aux bonus trouvés aléatoirement sur le champ de bataille du précédent épisode. Cela permet de garder les joueurs focalisés sur l’objectif. On est loin des tactiques d’un Rainbow 6 ou d’un Battlefield, mais je crois que ça n’a jamais été l’objectif, le jeu se voulant plus casual. Dans la même optique on ne trouvera pas de parties classées.

Au niveau technique, Star Wars Battlefront II est vraiment très joli dans sa globalité (même si certains objets de ci delà peuvent paraitre simples). Bien sûr on retrouvera les musiques et bruitage de la célèbre saga. Depuis les derniers patchs, je n’ai pas connu de bugs.

Je ne peux manquer d’aborder le débat concernant l’économie du jeu pour acquérir les personnages et items qui lui a valu une extrêmement mauvaise publicité et a forcé EA à modifier sa politique en la matière.  En l’état actuel il n’est plus possible d’acheter des crédits du jeu avec de la monnaie réelle, de plus EA a réduit le nombre de crédits nécessaires pour débloquer certains personnages mythiques. Mais il est clair qu’il faut passer un temps assez important en multi pour débloquer les plus gros personnages. Mes parties multi (avec de nombreuses défaites, oui) ne me rapportant que 250 points environ, atteindre les 15000 points pour obtenir Luc Skywalker peut être assez long (pour info la version que j’ai testé était l’Elite trooper deluxe edition ce qui me garantissait d’avoir un nombre de personnages et d’habilités débloquées). Cette polémique aura eu au moins l’effet positif de relancer la discussion sur les lootbox et du modèle économique des AAA.

En dépit de tout cela, j’ai passé un bon moment avec ce jeu. C’est probablement que je n’ai pas les mêmes attentes : j’ai toujours considéré les Battlefront comme des jeux de fan service assez popcorn, et pour le coup on est bien servi : Star Wars Battlefront II est extrêmement fidèle à l’univers de Georges Lucas Disney, avec une campagne solo agréable et des parties multi simples et fun.

Test réalisé à partir d’une version PC fournie par l’éditeur.

A propos de l'auteur

papa

Rédacteur en chef avec la Passion™ ® du Jeu Vidéo depuis ses débuts sur Spectravideo et Sinclair ZX81.
Fier papa de 2 jeunes gamers.

Laissez un commentaire