Android article de Papa indé iOS

Enterre-moi, mon amour

Ecrit par papa

En Arabe, «Enterre-moi, mon amour » signifie «prends soin de toi», «ne t’avise surtout pas de mourir avant moi». On le dit aux gens à qui l’on tient, au moment de se séparer.

Enterre-moi, mon amour est un jeu narratif racontant l’histoire de Nour, une Syrienne qui quitte son pays pour fuir la guerre et les bombes. Son voyage nous est raconté via ses échanges de messages texte (sur une interface similaire à whatsapp) avec son mari resté au pays pour s’occuper de sa mère.

À la façon de Lifeline vous recevrez des notifications sous forme de messages sur votre propre mobile, brouillant la frontière entre jeu et monde réel. En tant que joueur vous incarnez Majd, son époux resté en Syrie. Vous aurez parfois l’occasion de choisir la réponse entre différents messages ou emoticons.

À la façon d’Another Lost Phone, l’interface ressemble vraiment à un téléphone et on a même droit à une application de carte pour voir le trajet (et palier à mes connaissances géographiques lacunaires). Nour vous enverra de temps en temps photos et selfies et vous pourrez en envoyer vous-même. Vous recevrez aussi (mais plus rarement) des messages audios.

Par défaut les messages arriveront en temps réel. C’est à dire qu’à certains moments, Nour ne sera pas disponible (par exemple quand elle prend un avion ou lorsqu’elle va se coucher) et il faudra attendre en temps réel une réponse. Pour les gens pressés cela peut être désactivé au risque d’une perte de l’immersion.

Les absences de messages font partie intégrale du gameplay, car on en vient vite à s’inquiéter quand Nour va prendre le bateau ou essayer de passer une frontière difficile.

Nour quitte Homs pour rejoindre Beyrouth, puis la Turquie (en passant peut-être par l’Egypte), la Bulgarie, et l’Europe. Ça sera l’occasion de découvrir ce long et difficile voyage. Les arnaques des chauffeurs de taxi, le business des passeurs, la météo qui empêche le départ, la promiscuité, …

J’ai été agréablement surpris du ton du jeu. Très réaliste, terre à terre, tantôt drôle, tendre ou poignant …. Bref à mille lieux du cliché larmoyant que j’en avais. L’écriture est précise, on en apprend sur les personnages au fur et à mesure, mais jamais rien de superflu, tout est fluide et naturel, avec des emojis, des messages d’un mot,… Ça donne un côté très vivant et réel.

Les événements seront dictés par vos choix et par certaines variables (le moral, le budget, l’inventaire et sa relation avec Majd). Vous avez en réalité peu de choix mais ceux-ci peuvent avoir des conséquences dramatiques et le voyage peut s’arrêter bien vite (je suis arrivé jusqu’à Zagreb à mon premier « run » puis jusqu’en Allemagne au second). Mais il peut durer aussi des mois.

On s’attachera rapidement à Nour, cette jeune femme pleine de courage et de convictions qui tente ce terrible périple seule.

 

Enterre-moi, mon amour évoque notre monde actuel, ce que nous voyons tous les jours aux journaux télévisés, dans la presse,  ou dans nos rues. Je ne suis bien sûr pas qualifié pour juger de la vraisemblance de l’histoire, mais celle-ci fourmille de détails et les auteurs semblent s’être particulièrement bien entourés. En effet ils ont pris pour conseillères éditoriales, la journaliste Lucie Soullier, du Monde.fr, et Dana S. dont Lucie avait racontée l’histoire dans cet excellent article: Le Voyage d’une migrante syrienne à travers son fil WhatsApp.

Alors que les articles de journaux, les reportages vidéos et autres informations télévisés n’arrivent qu’à nous parler de cette catastrophe humanitaire de que de façon désincarnée, statistique, à l’échelle de populations, Enterre-moi, mon amour réussi à nous faire vivre l’aspect profondément humain de ce difficile exode.

 

article réalisé à partir d’une version iOS fournie par l’éditeur. 

A propos de l'auteur

papa

Rédacteur en chef avec la Passion™ ® du Jeu Vidéo depuis ses débuts sur Spectravideo et Sinclair ZX81.
Fier papa de 2 jeunes gamers.

Laissez un commentaire