article de Papa PC PS4 XBOX One

Far Cry Primal

Ecrit par papa

FarCryPrimal_Screenshots_Mammoth_Hunt_PR_151006_6PM_CET_1444652601

A la surprise générale ce n’est pas dans un nouvel endroit exotique qu’Ubisoft a localisé le dernier épisode de la série Far Cry mais dans le passé : en effet Far Cry Primal se déroule au Mésolithique (l’âge de pierre si l’on est un peu moins pédant).

YABA-DABA-DOO

Notre personnage, Takkar, est un membre de la tribu Wenja que vous allez devoir réunifier pour survivre contre la vie sauvage et  les 2 autres tribus (les Udam cannibales et les Izila, maîtres du feu et de l’agriculture).

Comme tout représentant de la série, il s’agit d’un FPS en open-world. On peut même préciser qu’il rentre dans la catégorie spécifique des open-world Ubisoft. En effet Ubisoft est connu pour s’assurer d’une cohérence de gameplay et d’interface dans ses jeux open-world. Ce qui a l’avantage énorme de permettre une prise en mains immédiate pour quiconque a déjà posé ses mains sur un Assassin’s Creed, un Far Cry ou un Watch Dogs. L’inconvénient est peut-être une certaine lassitude devant la similarité du gameplay.

Fri_Feb_26_23-20-41_UTC%2B0100_2016

On retrouve donc les habituels points à capturer pour révéler un peu plus de l’immense carte (ici il s’agit de brasier à allumer)

Néanmoins dans le cas de ce jeu, certains éléments semblent plus à leur place: le crafting est nettement plus logique que disons Far Cry 4 (qui demandait 4 peaux de rhinos pour un portefeuille amélioré ) . Ici les ressources sont plus abondantes et plus appropriées (roseaux, ardoise, troncs, ..) à la construction d’arcs de flèches, de gourdins etc….

Par ailleurs l’agressivité des animaux sauvages trouve ici plus de justification que dans Far Cry 4.

Autre point appréciable : la langue. En effet une équipe de linguistes a développé tout spécialement trois dialectes distincts issus du proto-indo-européen, cela renforce vraiment l’immersion.

Caaapitaiiine CAAAVEEEEEERNE !

Déjà abordé dans les Far Cry, la chasse a ici un aspect crucial. Notre héros peut d’ailleurs utiliser la vue du chasseur (oui celle de Batman, du Witcher, etc…) qui permet de voir apparaître les choses importantes en surbrillance, tel que le gibier. D’ailleurs souvent on ne tue pas sa proie du premier coup, ce qui oblige à suivre les traces de sang pour trouver la dépouille.

J’ai été assez impressionné par la faune : se faufiler près d’un mammouth avant de l’attaquer permet de se rendre compte de la taille de l’animal. Quant au tigre à dents de sabre, il est vraiment massif et agressif (vous ne regarderez plus votre chaton de la même façon).

D’ailleurs il est possible d’apprivoiser certains animaux, c’est l’une des compétences particulières de notre héros. On peut ainsi apprivoiser des blaireaux, des loups ou même des tigres grâce à des appâts. Une fois apprivoisé votre compagnon peut vous aider à chasser ou même combattre les ennemis.

FCP_Screen_Pet_Wolf_BeastMaster_Reveal_151204_5AM_CET_1449234198

Une chouette apprivoisée fait office de drone, car Takkar peut en prendre le contrôle (tel les wargs de Games of Thrones). Elle est particulièrement efficace pour repérer gibier et ennemis.

Fri_Feb_26_23-23-28_UTC%2B0100_2016

L’usage de gourdins, des sagaies et d’arcs rendent les combats plus brutaux. J’ai lu en divers endroits qu’une option pour bloquer ou parer les coups aurait été souhaitée. Je ne suis pas tout à fait d’accord car il m’est avis que les combats à l’époque donnaient dans le brutal.

La carte du monde de Far Cry Primal est d’une taille respectable d’autant plus, qu’époque oblige, il n’y a pas de véhicule (cependant il est possible de chevaucher certains animaux tel qu’ un tigre à dents de sabre ou un mammouth plus tard dans le jeu).

Techniquement le jeu est extrêmement stable et fluide (bloqué sur 30 FPS sur console), mais surtout Far Cry Primal est vraiment magnifique avec une végétation et des paysages extrêmement détaillés.

Takkar, fils des âges farouches

Il y a même un cycle jour/nuit qui impacte le gameplay: de nuit il vaut mieux avoir du feu pour faire fuir les prédateurs devenus plus agressifs.

L’histoire est attrayante (l’ascension de Takkar pour protéger les siens) et offre des moments décalés avec les passages où le chaman de la tribu nous fait partager des expériences mystiques avec ses boissons certainement pas légales.

Mais le jeu trouve toute sa force quand on se laisse immerger dans ce monde si différent pour en apprécier les rencontres ou découvertes imprévues : croiser un animal jusque-là inconnu, se retrouver nez à nez avec un ours, découvrir une grotte.

J’encourage tous les fans d’open-world à l’essayer.

Fri_Feb_26_23-28-53_UTC%2B0100_2016

FCP_Launch_PR_Rhino_160223_6pm_CET_1456244118 Karoosh_NATIVE_GOLD_1455897016 Sabertooth_VS_Cave_Bear_1080p_GOLD_1455897036

 

Testé à partir d’une version fournie par l’éditeur. Certaines illustrations proviennent également de l’éditeur.

A propos de l'auteur

papa

Rédacteur en chef avec la Passion™ ® du Jeu Vidéo depuis ses débuts sur Spectravideo et Sinclair ZX81.
Fier papa de 2 jeunes gamers.

Laissez un commentaire