Arcade article de Papa PC PS4 PS5

Guilty Gear Strive

Ecrit par papa

Mankind knew that they cannot change society. So, instead of reflecting on themselves, they blamed the beasts. 

Guilty Gear Strive est le dernier épisode de la très riche série d’Arc System Works, les pros du jeu de baston. La série a en effet désormais 24 épisodes au compteur avec plus de vingt ans d’existence. Guilty Gear a toujours été connue pour être une série à part grâce à son gameplay nerveux et sa superbe direction artistique; 

Mais clairement Guilty Gear Strive surpasse tous ses prédécesseurs grâce à son animation sans faille. En particulier, on adore ces transitions quasiment imperceptibles entre les séquences animées et les phases de combats qui donnent l’impression de jouer à un anime. On notera que la caméra semble plus proche des combattants que dans les derniers épisodes. La direction artistique est toujours extrêmement colorée et les personnages sont tous très différents et bourrés de charisme. Les commentaires du jeu s’affichant en énormes caractères, comme les fameux Counter, apportent  une touche vraiment particulière au jeu.  

HEAVEN OR HELL

Chaque combat débute sur un riff de heavy metal, et la bande son est très rock en adéquation avec le look des personnages, le créateur de la série, Daisuke Ishiwatari, étant aussi compositeur et membre d’un groupe rock et metal. D’ailleurs les références musicales sont particulièrement nombreuses, ainsi le personnage d’Axl Low fait immanquablement penser au leader des Guns N’ Roses et même le nom du personnage principal Sol Badguy provient d’un surnom de Freddy Mercury. Bref le jeu vous fera irrémédiablement headbanger à un moment. 

Guilty Gear Strive vous propose dès le début un tutoriel simpliste pour se mettre rapidement en jambe, mais pour acquérir toutes les techniques il sera recommandé de s’essayer au mode mission. Chaque mission vous fixant l’objectif de maîtriser une attaque, et pour la compléter il faudra réussir au moins trois des cinq tentatives.  Comme dans tout jeu de combat qui se respecte, un dojo sera disponible pour s’entraîner librement et même recréer des situations précises. 

Bien sûr la compétition est importante pour Guilty Gear et cet épisode n’y fait pas exception. D’un coup d’œil sur le R-Code vous pourrez découvrir les informations d’un joueur, ses données de combats et  son historique de match. Vous pourrez même créer un petit avatar pour mode multi que vous pourrez personnaliser afin de naviguer dans le foyer en ligne qui vous permettra de communiquer avec d’autres joueurs ou de les défier en ligne (en brandissant votre  épée). Vos victoires (et vos défaites) vous placeront dans un des étages de la tour de rang. Plus l’étage est élevé, plus les joueurs rencontrés seront forts. Il vous sera en revanche impossible d’aller dans l’un des étages inférieurs. Des salons privés sont aussi disponibles pour rester entre amis. Les vrais pros du jeu de combat seront ravis d’apprendre que le netcode est basé sur le rollback qui atténue le lag pour offrir une expérience en ligne optimale.

Guilty Gear Strive suit Guilty Gear Xrd -REVELATOR-, (qui a eu droit à son update Guilty Gear Xrd REV 2, et si l’histoire de la série se répète, les amateurs peuvent s’attendent à voir débarquer une version 1.5 d’ici quelque temps) et apporte de nombreux changements. Parmi les nouvelles mécaniques, on note la possibilité de briser le mur du décor lorsqu’un personnage est acculé dans un coin, ce qui déclenche une scène cinématique et un changement de cadre. Le jeu a notablement supprimé une des caractéristiques de la série, l’instant kill qui permettait, comme son nom l’indique, de vaincre l’adversaire instantanément. Mais le plus gros changement concerne la simplification des attaques et les combos plus courts de manière à rendre le jeu plus accessible aux débutants. J’ai personnellement apprécié cette simplification, reste à voir si la communauté des jeux de baston suivra cette approche.  

(Roman) Cancel culture 

Mais qu’on se rassure le gameplay reste toutefois suffisamment complexe et garde les mécaniques phares de la série comme les fameux “roman cancels”, permettant d’annuler immédiatement une attaque pour par exemple surprendre l’adversaire ou étendre des combos. Il y a désormais quatre types de Roman Cancel dans Guilty Gear Strive, et ceux-ci consomment toujours votre jauge de tension. 

Deux personnages font leur apparition et je dois dire qu’ils sont assez classes. Tout d’abord Giovanna une combattante accompagnée de l’esprit de son loup, Rei, et qui si elle n’a pas d’arme dispose d’une grande rapidité. Nagoriyuki, le  samouraï vampire, quant à lui peut drainer les adversaires pour augmenter sa puissance.

On retrouve un mode histoire mais attention il s’agit en fait d’une longue cinématique non jouable qui sera bien obscure pour quiconque n’a pas joué aux précédents épisodes. Ceux qui tiennent absolument à en savoir plus sur l’univers, euh, disons particulier ?, des Guilty Gear pourront consulter l’énorme base de données GG World fournissant chronologie, glossaire et corrélation. 

Parmi les légers regrets on notera le temps de connexion au serveur au lancement du jeu pouvant durer quelques minutes et annihilant l’avantage de la PS5 et de son disque dur ultra rapide. On regrettera aussi le roster de combattants de seulement 15 joueurs dont 9 sont issus du premier Guilty Gear.

Guilty Gear Strive offre  des combats d’une rare intensité dans un univers proche d’un anime. Un excellent jeu permettant d’assouvir votre soif de versus fighting. 

Le jeu est disponible sur PS4, PS5 et PC (et sur arcade bien sûr) 

Test réalisé grâce à une version PS5 fournie par l’éditeur.

A propos de l'auteur

papa

Rédacteur en chef avec la Passion™ ® du Jeu Vidéo depuis ses débuts sur Spectravideo et Sinclair ZX81.
Fier papa de 2 jeunes gamers.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.