article de Papa PC PS4 PS5 XBOX One Xbox Series

Assassin’s Creed Valhalla

Ecrit par papa

A nous les petites (côtes) anglaises

Assassin’s Creed Valhalla prend place en l’an 873 durant la période des raids vikings en Angleterre. Vous y incarnez Eivor une fière viking (le jeu offre le choix du genre du personnage). Son clan, celui du Grand Corbeau, va quitter la Norvège et tenter sa chance sur les côtes anglaises. 

Assassin’s Creed est toujours ce jeu d’aventure à la 3e personne se déroulant dans une bataille à travers les siècles entre 2 clan secrets, les Assassins et les Templiers. En réalité vous incarnez Layla Hassan qui elle revit les événements vécus par Eivor à travers une simulation appelée animus (vous jouez donc Layla qui joue Eivor, quelle mise en abyme, prend ça inception !). Et tout cela afin d’acquérir des artefacts et les secrets d’une civilisation pré- humaine les Isus et éviter la dévastation de notre monde prévu par ces précurseurs.  

La nouveauté de cet épisode sera qu’il faudra faire prospérer votre colonie de Ravensthorpe. Ainsi vous aurez le choix sur les améliorations de votre campement, comme la forge, les casernes ou même la boulangerie. Mais pour cela il faudra acquérir des ressources et rien de mieux qu’un bon pillage des familles sur une forteresses saxonne pour en trouver. Il faudra alors guider votre drakkar sur une ville portuaire ennemie et débarquer avec votre équipage pour tuer les soldats et voler les richesses. On appréciera ces séquences de grandes batailles qui contrastent avec la discrétion habituelle de la série. 

La survie de la colonie demandera aussi de nouer des alliances et vos missions consisteront à rencontrer les seigneurs voisins pour les aider et qu’ils vous soient redevables, et plus d’une fois vous jouerez les faiseuses de roi en vous assurant que la bonne personne acquiert le poste ou qu’elle prenne la mesure de son rôle.  

Assez rapidement Eivor rencontrera des représentants de “Ceux qu’on ne voit pas” (aussi appelés la Confrérie des Assassins) qui lui apprendront que l’Angleterre est sous le joug de seigneurs inféodés à l’Ordre des Anciens (les méchants de la série plus tard connus sous le nom de Templiers). Eivor aidera les Assassins dans la mesure où leur objectifs convergent. Bien que l’aspect guerre secrète soit moins présent tout au moins au début du jeu, comme dans le précédent épisode, un de vos objectifs sera de découvrir les 30 chefs cachés de l’Ordre des Anciens.

Les mouvements du personnage se sont nettement améliorés et il est désormais possible d’enchainer les glissades, de manier des armes à deux mains et viser certains points faibles de votre adversaire d’une flèche bien placée permettra de lui asséner un coup fatal. On pourra toujours avoir une vue aérienne (cette fois grâce à un corbeau) et utiliser la lame secrète (qu’Eivor n’arbore pas de façon si discrète d’ailleurs).

Mais Eivor n’a pas que sa lame bien aiguisée, sa langue aussi pourra servir durant des duels de joutes verbales (appelées Flyting) dans lequel il faudra trouver la bonne réplique avec le bon rythme et la rime riche. Cela permettra d’avoir des bonus en charisme donnant des avantages dans certaines quêtes. D’ailleurs il s’agit d’un vrai jeu de rôle et de nombreux dialogues vous offriront des choix ayant de réelles répercussions dans l’aventure.  

Le jeu regorge d’activités. Vous pourrez par exemple pêcher pour pouvoir reprendre de la santé. Vous pourrez même festoyer, en effet un bon banquet viking augmentera certaines de vos statistiques ainsi que celles de votre équipage. Il y a même un jeu de dés appelé Orlog (qui aura droit à une sortie physique l’année prochaine). Il sera aussi possible d’accomplir divers contrats pour le marchand des Milles Regards permettant d’acquérir des objets rares. Assassin’s Creed Valhalla offre aussi de nombreuses quêtes secondaires (dont certaines assez humoristiques).

L’aspect RPG mis en place avec le renouveau de la série initiée par Assassin’s Creed Origins continue à se développer. Votre personnage gagnera des points de compétences (en accomplissant des missions) suivant une (très grande) arborescence scindée en trois branches: Loup, Ours et Corbeau. L’occasion d’améliorer ses statistiques ou de gagner des mouvements. A noter qu’il est possible de réinitialiser sa progression dans l’arbre de compétence d’un bouton. En plus des compétences vous pourrez acquérir des aptitudes (l’équivalent de pouvoirs) en trouvant des livres de savoirs souvent bien cachés sur la carte. 

De même pour trouver des armes ou des armures vous devrez trouver des points spécifiques sur la carte (l’œil d’Odin cette sorte de radar de proximité sera bien utile) et cela donnera souvent lieu à des petites énigmes pour y accéder. Cela donnera du  piment à chaque découverte, le point négatif sera que le loot d’arme et d’armure sera assez rare. 

Techniquement le jeu est immense, sur les consoles next gen Xbox Series X et PS5 il offre un mode qualité (en 4K  très détaillé à 30FPS) et un mode “Performance” avec un framerate de 60fps stable.

Vraiment peu de reproches à faire au jeu. Les petits problèmes techniques de tearing semblent avoir été résolus avec le nouveau mode performance. Victor regrette que le loot soit un peu plus rare (personnellement je trouve qu’il est alors plus apprécié). Peut-être la narration Ubisoft qui semble toujours un peu apprêtée et standardisée. Peut-être que ce qui fait le moins next gen ce sont ces gros plans dans les dialogues qui montrent des visages un peu moins détaillés que ceux de la concurrence.

Mais il faut avouer que je pinaille car Assassin’s Creed Valhalla offre des dizaines d’heures de jeu dans l’un des plus vastes et bel environnement que j’ai pu voir. Le souci du détail est impressionnant: entre la faune qui semble vivante, la lumière du jour qui évolue superbement sur les plaines, et les superbes reproductions de l’architecture de l’époque, on ne se lasse pas d’explorer le jeu (et je ne parle pas de l’excellent contenu mythologie nordique pour ne pas spoiler). Puis que dire d’un jeu adoubé par le maitre du du cinéma d’horreur et de science-fiction ?

Test réalisé à partir d’une version Xbox Series X fournie par l’éditeur.

A propos de l'auteur

papa

Rédacteur en chef avec la Passion™ ® du Jeu Vidéo depuis ses débuts sur Spectravideo et Sinclair ZX81.
Fier papa de 2 jeunes gamers.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.