article de Papa indé Mac PC

Koloro

Ecrit par papa

Le mix de plateforme et puzzle de Sköll Studio est désormais disponible dans toutes les bonnes crèmeries (oui enfin Steam quoi)

Koloro retrace l’histoire de Kora une jeune fille aux cheveux roses à la recherche de sa sœur dans un monde onirique.

À peine arrivée dans un monde étrange, Kora rencontre Bou son ami imaginaire qui va la guider à travers les niveaux et lui donner une nouvelle apparence (à mon avis encore une nouvelle preuve qu’il ne faut jamais écouter les entités imaginaires quelles qu’elles soient)

Votre héroïne désormais métamorphosée en simple carré rose se déplace dans les niveaux en glissade jusqu’à atteindre le prochain mur. Votre seul contrôle est de pouvoir sauter d’une pression d’un bouton.

Ce saut permet d’éviter les obstacles (piques acérées, ennemis..), de changer de direction en sautant contre un mur ou d’effectuer une glissade le long d’une paroi. On utilisera la technique ancestrale du walljump (rebondir de mur en mur) pour s’élever.

Chaque niveau de Koloro est contenu sur un seul écran avec ses pièges, ses mécanismes à activer et autres créatures hostiles.

Un seul bouton à utiliser, pas de stick ou de souris, et avoir pour seul but d’atteindre la sortie cela parait facile. Mais comme tous les bons jeux l’objectif est simple mais l’atteindre peut se révéler plus difficile. Il faudra faire preuve d’un excellent timing pour sauter au bon moment par-dessus les précipices, car inertie de Kora oblige, il est impossible de l’arrêter. Le challenge s’avèrera corsé et il ne sera pas rare de s’y reprendre de nombreuses fois pour passer un niveau (et pour les plus maso il y a un mode difficile).

Au fur et à mesure les niveaux offriront de nouveau mécanismes (murs de lucioles à désactiver en allumant une lampe de la couleur appropriée, rhinocéros détruisant certains murs, …) et à la fin des chapitres vous aurez même l’occasion d’affronter d’énormes boss menaçants. Et oui il faudra toujours les battre avec un seul bouton.

Pour les plus compétiteurs d’entre vous, chaque niveau offrira un record à dépasser. Il y a aussi des bonus cachés dans certains niveaux, permettant de débloquer  des art works, des musiques de la bande originale du jeu et même des fins annexes.

Si j’avais déjà admiré la touche artistique du jeu mélangeant ombre et lumière  (par Vincent Metallo) ce n’est que chez moi au calme que j’ai pu constater le superbe travail réalisé par Jérôme Mathis a.ka. T05 sur l’environnement sonore et la superbe musique qui accompagne toujours sans s’imposer, elle est d’ailleurs disponible sur Bandcamp. On appréciera aussi un jeu aux contrôles efficaces (je suppose que c’est l’œuvre de William Philbert, l’expert du code de la team) et à la difficulté progressive (équilibré par Laura Chessa).

Koloro est aussi assez généreux en contenu avec ses 300 niveaux. De plus Koloro dispose aussi d’un mode en coopération locale avec une histoire distincte du mode solo. Ce mode demandera une excellente coordination entre les deux joueurs.

De guerre lasse les développeurs ont parfois accepté la comparaison qu’on leur faisait avec Super Meat Boy (probablement à cause du walljump et du personnage carré) mais Koloro est bien différent avec son gameplay malin et minimaliste à un seul bouton.

Allez encore un essai pour passer ce niveau et j’arrête ….

Bon encore un …

 

Test réalisé à partir d’une version PC fournie par le développeur.

A propos de l'auteur

papa

Rédacteur en chef avec la Passion™ ® du Jeu Vidéo depuis ses débuts sur Spectravideo et Sinclair ZX81.
Fier papa de 2 jeunes gamers.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.