article de Papa PC PS4 XBOX One

Monster Hunter: World

Ecrit par papa

Monster Hunter revient dans une version à la fois plus impressionnante et plus accessible.

Monster Hunter est une vénérable série de Capcom très populaire au Japon depuis l’épisode original sur PS2 mais surtout depuis la version PlayStation Portable. Il s’agit d’un hack & slash qui retranscrit dans un monde médiéval-fantasy le principe de Phantasy Star Online, c’est à dire affronter de puissants ennemis en équipe en melangeant action et RPG. Ici les adversaires seront des monstres dont la plupart sont des variantes de terrifiants dinosaures. La série est si populaire qu’on trouve de nombreux produits dérivés et je me souviens de nombreuses figurines Monster Hunter lors de ma visite à Akihabara, on peut même trouver des spécialités Monster Hunter au Capcom Bar dans le quartier de Shinjuku à Tokyo.

L’histoire de Monster Hunter : World se déroule dans un univers à la technologie assez médiévale, et vous met dans la peau d’un chasseur de la 5e flotte envoyée par la Guilde (le gouvernement dans cet univers) traverser l’océan pour coloniser le nouveau monde. La mission principale de cette flotte est de découvrir pourquoi les grands anciens, des monstres d’une taille godzillesque (oui j’aime inventer des adjectifs), migrent tous les dix ans vers le nouveau monde, bouleversant les écosystèmes sur leur passage.

Après avoir créé votre personnage grâce à l’éditeur très détaillé et une arrivée mouvementée vous découvrirez la ville d’Astera, la cité crée par les premiers explorateurs du nouveau monde et qui servira de Hub pour le jeu.

La ville contient de nombreux NPC qui vous donnerons des missions, des informations et vous permettrons d’acheter ou d’améliorer votre équipement et vos armes. Au départ votre chasseur logera dans un dortoir commun mais par la suite il pourra bénéficier d’appartements privés et même une suite royale. La forge permettra d’améliorer armes et armures, une commerçante vous permettra d’acquérir armes et armures ou même de les revendre. Pour maîtriser le maniement des armes une zone d’entrainement permettra de se déchaîner sur des objets tout en affichant les commandes. On y trouvera aussi la cantine et le journal des quêtes. Le centre de recherche zoologique regroupera des scientifiques et permettra d’acquérir certains ingrédients spéciaux

Le jeu peut se jouer en solo comme via internet dans des sessions de 16 joueurs dont 4 peuvent remplir des missions en même temps.

En général les missions consisteront à éliminer des monstres empêchant les valeureux guerriers de la guilde de créer leurs campements (bref de coloniser le territoire). On trouvera ainsi les quêtes, les expéditions sans limites de temps et les événements temporaires.

Les quêtes s’accomplissent en solo (mais c’est moins amusant) ou en équipe jusqu’à 4 joueurs. D’ailleurs grâce au système de fusée de détresse des joueurs pourront se joindre à ces parties à n’importe quel moment afin de prêter main-forte à ceux qui le souhaitent.

Votre personnage est toujours accompagné d’une créature féline anthropomorphisée nommée Palico qui vous aidera durant la bataille et récoltera des objets.

Avant chaque mission il est recommandé de manger un morceau à la cantine d’Astera ou sur le camp de base. Cela permet d’obtenir des buffs de certaines compétences.

Des naviciolles, des sortes de lucioles GPS, vous guideront vers des éléments intéressants et vers la bête une fois un certain nombre d’indices trouvés. Cela permet de s’y retrouver sur la carte (même si cela facilite un peu le jeu selon certains puristes).

Bien sur la nouveauté la plus importante de cet épisode,  ce sont ces larges environnements libres de chargement. On a vraiment l’impression d’un réel écosystème, cela grouille de vie avec des petits animaux ou insectes un peu partout. De plus le monde semble réellement dynamique, les différentes créatures interagissent entre elles indépendamment du joueur. Il est même possible d’utiliser la faune, la flore, le relief, l’environnement en général assurer la victoire. Ainsi un rocher ou un arbre peuvent assommer une proie.

Une fois le monstre localisé vous pourrez entamer le combat. Ceux-ci seront plus ou moins longs selon votre équipement et votre répartition des rôles dans votre groupe. Le combat vous obligera souvent à poursuive le monstre qui ira se réfugier dans sa tanière pour retrouver des forces. Monster Hunter: World offre 14 armes au joueur : Arc, épée longue, marteau, lance, fusarbalète lourde, épée et bouclier avec pour chacune des caractéristiques différentes.

Il y a environ 100 monstres dans cette édition (un peu moins que les épisodes précédents) et ils sont tous très détaillés et animés avec soin. Ils ont aussi des comportements et des attaques différentes. Après quelques parties, les Tobi-Kadachi, Anjanath, Pukei-Pukei et autre Rathalos n’auront plus de secret pour vous.

Ce que j’ai le plus apprécié, c’est le côté vivant et organique de ce monde. Car bien souvent en cours de bataille vous croiserez d’autres monstres et ceux-ci pourront vous ignorer ou se joindre à votre adversaire compliquant substantiellement la situation. Il se peut même qu’ils s’attaquent à votre proie.

Monster Hunter vous apprend que le chasseur peut rapidement devenir la proie. Il n’est pas rare au début de devoir fuir lâchement amorcer un repli stratégique devant un monstre d’un trop haut niveau.

Parmi les rares regrets, on pensera aux menus et l´interface utilisateur encore un peu confus parfois malgré de très sérieux progrès dans le domaine.

On appréciera aussi de nombreuses améliorations comme le cycle jour/nuit, la récupération d’objets tout en marchant, l’agilité du personnage, les clans permettant de se réunir plus rapidement…

Dans Monster Hunter : World il y a toujours quelque chose à faire: parler aux NPC, trouver des champignons, des monstres à chasser, de nouvelles zones à explorer… et le mieux c’est qu’on peut le faire avec ses amis.

Monster Hunter: World ouvre l’expérience Monster Hunter à un plus large public sans renier ses origines, il s’agit d’un excellent jeu dans la catégorie des semi-MMORPG. Il est disponible sur PS4 et Xbox One, et il devrait sortir également sur PC en automne.

Test réalisé à partir d’une version PS4 fournie par l’éditeur.

A propos de l'auteur

papa

Rédacteur en chef avec la Passion™ ® du Jeu Vidéo depuis ses débuts sur Spectravideo et Sinclair ZX81.
Fier papa de 2 jeunes gamers.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.