indé

Les jeux indés du Stunfest 2015

Retour sur le stand des jeux indépendants du Stunfest 2015 en quelques images.

ban2015_1

Il y avait bien sur Tetrobot & co. de Swing Swing Submarine, un parfait jeu de réflexion qui vient de sortir sur mobile. Le jeu s’avère extrêmement bien adapté pour les tablettes et autres mobiles. William le présentait d’ailleurs sur un écran tactile géant.

IMG_7139

Victor avait jeté son dévolu sur Box Out!. Un petit personnage doit passer un niveau plein d’obstacles le plus rapidement possible. Il peut à tout moment changer d’apparence et de pouvoir d’une pression de bouton. La difficulté venant d’enchainer rapidement et au bon moment les transformations. Le gameplay est simple et intuitif et la progression de la difficulté bien dosée.

DSC_0366

Bien sur Metz était représentée avec 2 jeux du studio Flying Oak Games : Hoy et NeuroVoider.
Hoy! ou le dance dance revolution soviétique qui se joue au Kinect : 1 ou 2 joueurs doivent reproduire très rapidement les positions indiquées à l’écran en criant Hoy! pour les valider. Le résultat est souvent amusant à regarder. D’ailleurs l’esprit de compétition régnant dans le festival en a motivé certains à atteindre des scores records.

IMG_0431

NeuroVoider quand à lui est un twin-stick shooter ( un joystick pour avancer, un pour viser) rogue-like ( chaque mort est permanente et la génération des niveaux et ennemis est aléatoire) qui se joue en Coop locale jusqu’à 4 joueurs dans un un monde cyber punk.
Le joueur débute avec un robot aléatoire mais très vite peut récupérer de l’equipement et améliorer voir modifier son robot. Il est à noter que le jeu permet de s’échanger facilement le loot entre joueurs à chaque début de niveau. Très fun entre amis.

 

IMG_0427

Les jeux en multiplayer local, une vraie tendance.

Nous avons pu jouer à Last Fight tirée de la BD française d’influence shōnen Last Man. Ce jeu de combat à 4 joueurs semble inspiré de Power Stone la série regrettée de Capcom. La bande son est produite par 2080. Pour l’occasion ils avaient fait des bornes d’arcade pour le jeu.

 

IMG_7147

Dans la même veine de jeu de combat à 4 joueurs sur le même écran nous avons fait des parties de One Shot One Kill! , dont le titre explicite indique la couleur. 4 joueurs s’affrontent dans une arène vue de dessus avec des arcs, boomerang et marteaux. Un peu comme Towerfall il faut ramasser son projectile une fois lancé. Les parties son rapides et fun.

DSC_0411

Un autre jeu de combat local à 4 joueurs était Domiverse. La particularité étant de pouvoir choisir des personnages aux compétences très diversifiées.

IMG_7150

you get a shmup , and you get a shmup, everybody gets a shmup !

J’ai été impressionné par Shmup Creator, pas un jeu à proprement parler, plutôt un logiciel de création de jeux de type Shoot’em up. Très simple d’accès, intuitif, Shmup Creator permet néanmoins de nombreuses options. Les jeux créés ainsi sont vraiment fun à jouer et beaux de surcroît. De plus nos amis peuvent jouer à nos créations sans disposer de Shmup Creator. Bientôt sur steam.

DSC_0365

Isbarah quant à lui mélange jeu de plateforme et shoot’em up bullethell. Ce curieux mélange fonctionne à merveille et on se plait à faire évoluer, grâce au clavier et à la souris, notre personnage au milieu de centaines de projectiles.

DSC_0399

Nandeyanen crée par des développeurs japonais est un excellent bullet Hell shooter japonisant inspiré du jeu de 1991 su Nec Pc-Engine Hanataakadaka!. J’aime la hit box clairement visible représentée par la boucle de ceinture du héros  ainsi que le mécanisme de contre inspiré deSFIII: Third Strike.

DSC_0402 DSC_0405

Driftings Lands, un excellent schmup horizontal:

Steredenn, un shoot rogue like : les ennemis et le loot apparaissent aléatoirement. Très fun et bien présenté dans sa jolie borne d’arcade.

DSC_0364

Psycho Starship Rampage, un autre shoot rogue-like dont la spécificité était la possibilité d’accéder à un écran de personnalisation très poussée de son vaisseau.
Il était possible de placer tous les modules composant le vaisseau à différents endroits, modifier l’armement …

Et que dire des projets plus expérimentaux comme Flip Paper ( un flipper dont les niveaux sont dessinés sur papier par l’utilisateur et fixés sur la borne) ou Pnumpt Shmup ( l’ecran est une projection sur le plafond et on escorte des vaisseaux en détruisant les astéroïdes avec un gant comprenant un pointeur laser): du bien évidemment !

 

DSC_0334 DSC_0332 DSC_0361 DSC_0360

Hazelrun lui semble inspiré de Speedrunners en plus mignon ( et avec la possibilité d’inverser la gravité ), il a obtenu le prix du public.

IMG_7029

Goetia un point’n click sombre :

IMG_7142

Le curieux et amusant MacGuffin, qui nous envoie chercher un objet mystérieux dans un complexe encore plus étrange

IMG_7137

Interference, un jeu avec un bon goût de « Flashback »

IMG_7153

Win that War! un STR :

DSC_0356

Hero.Coli, un jeu ou un petit robot explore un monde vivant et combine des brins d’ADN pour contrôler son compagnon bactérien.

DSC_0351

Splasher, un sympathique jeu de plateforme 2D avec un concept basé sur la peinture du décor:

Nous n’avons hélas pas pu essayer tous les jeux indés présentés, mais  le stand Indies Games du stunfest nous a convaincu de la grande créativité des petits développeurs indés français.

A propos de l'auteur

papa

Rédacteur en chef avec la Passion™ ® du Jeu Vidéo depuis ses débuts sur Spectravideo et Sinclair ZX81.
Fier papa de 2 jeunes gamers.

2 Comments

Laissez un commentaire