article de Papa PC PS4 XBOX One

Tom Clancy’s Ghost Recon Wildlands

Ecrit par papa

Ghosts gone Wild

Tom Clancy’s Ghost Recon Wildlands, que l’on va appeler rapidement entre nous Ghost Recon Wildlands car je ne suis hélas pas payé au signe, marque le retour de la franchise ayant fait ses début en novembre 2001 sur nos écrans (cathodique à l’époque). Pour les plus jeunes, sachez que les Ghosts sont une unité de forces spéciales (fictive) hautement secrète. Cet épisode Wildlands nous fera découvrir les joies de la Bolivie, ce pays de Cocagne enchanteur, mélange de nombreuses cultures diverses dans un décor riche en couleur.

Notre équipe de Ghosts aura pour mission de faire tomber le cartel de la Santa Blanca, redoutable organisation dominant de façon impitoyable des pans entiers du pays grâce au trafic de drogue.

Pour cela ils devront faire tomber les boss de chaque zone, un peu à la façon de Mafia 3. De la même façon ils devront d’abord saboter les opérations du boss avant de pour voir les affronter.

Les joueurs devront aussi éviter (ou affronter au choix) la Unidad, la milice locale corrompue. L’environnement comprend 21 provinces qu’il faudra nettoyer avant d’arriver à l’affrontement final contre le cruel El Sueño.

Les habitués des jeux open-world Ubisoft (Assassin’s Creed, Watch dog, Far Cry) ne seront pas dépaysés ici. On retrouve les qualités et les défauts de ce type de jeu.

Parmi les qualités on trouvera un open-world immense permettant d’utiliser tous types de véhicules, équipements et armes afin de mener à bien leurs missions dans un décor magnifiquement reconstitué. Un véritable jeu bac à sable avec un contenu très important. D’ailleurs il s’agit du plus grand open-world crée par Ubisoft qui permet de piloter plus de 60 véhicules (voiture, camion, moto, hélicoptère, bateau, avion…)

Dans le registre des défauts habituel on retrouvera le côté un peu parc d’attraction avec des activités à tous les coins de rue et un jeu tenant un peu trop le joueur par la main à force de mini map, GPS et autres conseils radio.

Le jeu débute par la personnalisation de son guerrier stéroïdé et de son équipement. A vous de déterminer quelle tenue bolivienne ou uniforme militaire vous permettra d’assassiner avec classe et swag. Ubisoft sait que ses joueurs aiment la personnalisation et permet de choisir tous les aspects de son armement grâce à l’ajout de la lunette de visée, du chargeur ou de la poignée qui va bien mais des skins à foison seront aussi de la partie.

La personnalisation se poursuivra dans le jeu via l’arbre de compétence que l’on débloque au fur et à mesure de nos balisages des ressources des sicarios.

Ghost Recon Wildlands est jouable en coop jusqu’à 4 joueurs comme en solo. Pour le moment il n’y a pas encore de PVP, mais Ubisoft a promis de l’ajouter par la suite afin de permettre à deux équipes de 4 joueurs de s’affronter.

Vos Ghosts sont des soldats qui préféreront l’infiltration, via saut en parachute ou par crapahutage dans un climat subtropical. Ils pourront faire bon usage de leur drone, permettant de marquer les cibles et de faire des tirs synchronisés au fusil de snipe.

On passera pudiquement sur le scénario du jeu, pour le moins condescendant avec les boliviens  (qui ont d’ailleurs convoqué l’ambassadeur français à ce sujet) pour se concentrer sur le grand intérêt du jeu : son multijoueur.

Le jeu a réellement été conçu pour une expérience multijoueur de grand confort. Il est possible de rejoindre ses amis facilement dans une partie tout en conservant votre progression dans ses missions et l’évolution de son personnage.

Mais tout le sel du multijoueur se base sur l’opposition entre la préparation du plan et sa réalisation : se coordonner pour éliminer les 4 gardes postés à l’entrée d’un complexe militaire, pour en découvrir plusieurs autres cachés et devoir gérer le chaos non anticipé. C’est là que réside le fun. Fuir un groupe de milice surgissant de nulle part en prenant un tracteur, aller sauver son camarade blessé ou perdu en hélicoptère. C’est ce côté émergeant du gameplay qui donne son intérêt à Ghost Recon Wildlands.

Tom Clancy’s Ghost Recon Wildlands est recommandé à ceux qui ont quelques amis pour y trouver une expérience de coop vraiment fun.

Test réalisé à partir d’une version PC fournie par l’éditeur.

A propos de l'auteur

papa

Rédacteur en chef avec la Passion™ ® du Jeu Vidéo depuis ses débuts sur Spectravideo et Sinclair ZX81.
Fier papa de 2 jeunes gamers.

Laissez un commentaire