article de Papa PC PS4 XBOX One

Far Cry 5

Ecrit par papa

Fini les contrées exotiques et les plages ensoleillées, le dernier épisode de la série Far Cry prend désormais place dans les vertes vallées du Montana.

Votre héros, une jeune recrue accompagnant un Marshall fédéral venu arrêter le leader d’une secte religieuse et fortement armée se retrouvera à mener la résistance contre Joseph Seed, le gourou illuminé de culte d’Eden’s Gate se préparant à la fin du monde.

“Fais le cochon”

Après une intro se déroulant sur une petite île on découvrira la taille réelle du terrain de jeu de cet épisode. La carte d’Hope County sera divisée en 3 zones principales dirigées par autant de lieutenants à abattre (la famille Seed) avant de pouvoir affronter le grand vilain. Le jeu fait penser à Ghost Recon Wildlands, autre titre d’Ubisoft, et permet dès vos premiers pas dans Hope County de choisir dans quel ordre explorer le monde.

Au niveau gameplay on se retrouve en terrain connu : Far Cry 5 est un FPS dans un monde ouvert bardé de missions et activités en tout genre. Comme c’était déjà le cas dans d’autres titres en monde ouvert d’Ubisoft, le système de tours à débloquer pour dévoiler la carte a désormais enfin disparu (et les auteurs s’en amusent même lors de l’introduction). Pour favoriser l’immersion la mini carte est aussi passée à la trappe, oui je me suis perdu mais c’est un plaisir de découvrir des lieux et des points d’intérêts. Et ceux-ci sont agencés de façon logique afin de donner une cohérence à l’univers, on trouvera plus facilement des marchands près d’une ville, des tentes dans la montagne, …

Paddle plus vite j’entends des banjos

Pour faire avancer la cause de la révolution, il faudra délivrer des civils, effectuer des missions, libérer des avant-postes et détruire des hôtels de la secte (ceux-ci ayant la bonne idée d’être largement composés de bouteilles de gaz inflammables et explosives). Cela augmentera une jauge de la résistance de la zone (avec des seuils qui déclencheront des missions faisant avancer l’histoire, le dernier étant l’affrontement avec le boss).

Mais vous ne serez pas seul: vous pourrez recruter des alliés dirigés par l’IA (comme dans Far Cry 2) et surtout avoir l’aide de spécialistes, des alliés IA avec des capacités spéciales (que l’on débloque via certaines missions) comme Boomer le toutou de combat, Sharky le pro des explosifs ou Cheeseburger l’ours.

Au niveau des armes dans le Montana on connaît bien le second amendement et ainsi vous aurez le choix entre différentes armes à feu, des arcs et de nombreuses armes de corps à corps (batte de baseball, tuyau, rame) que l’on peut même lancer à l’adversaire de façon très efficace. Il sera conseillé d’acquérir rapidement un silencieux, de nombreuses missions pouvant être réglées de façon silencieuse (bien que je n’aie jamais réussi à finir une mission de cette façon)

Far Cry 5 propose un arbre des talents qui permets d’ajouter des compétences à votre héros. Désormais on obtient des talents en accomplissant des défis ou en trouvant des livres dans les caches de survivalistes. Ces compétences seront particulièrement utiles (ajouter une arme à l’inventaire, sac à munition plus important, allié supplémentaire, parachute, grappin, …)

Le terrain de jeu de Far Cry 5 est vaste, mais heureusement vous pourrez le parcourir grâce à de très nombreux véhicules : semi-remorques, muscle cars, quad, avions, hélicoptères, bateaux et bien sûr tracteurs (Hope County c’est la campagne).

Les afficionados des puzzles environnementaux apprécieront d’essayer de trouver et d’ouvrir les caches de survivalistes.

Une des grandes nouveautés de cet opus est l’éditeur de cartes Far Cry Arcade, cet outil permet de créer des cartes solo, coop (2 joueurs) et multijoueur (jusqu’à 12 joueurs). Et surtout cet éditeur vous permet d’utiliser plus de 10 000 objets provenant de Far Cry 5, Far Cry 4, Far Cry Primal, Watch Dogs, Assassin’s Creed Black Flag et Assassin’s Creed Unity.

Il est aussi possible de jouer le jeu entièrement en coop avec un ami et c’est particulièrement fun (néanmoins un seul des deux bénéficiera de la progression dans l’histoire).

La grande déception concernant le thème du jeu provient en grande partie d’un marketing particulièrement trompeur l’année dernière laissant sous-entendre à moment politique particulièrement sensible que le jeu serait une satire de l’alt-right hillbilly trumpiste. C’est évidemment faux, le développement du jeu ayant commencé des années avant l’arrivée du gouvernement US actuel, et même tout le contraire : en effet vos associés prôneront joyeusement le droit aux armes à feu, la méfiance envers le gouvernement, le survivalisme, quand ils ne feront pas carrément partie de milices.Il faudra surtout y voir une référence aux films des années 80 (la survie façon Rambo, le premier épisode, le bon épisode), aux sectes de ces années-là et aux événements plus récents comme la rébellion Bundy. Et il faudra noter tout de même la prise de risque d’Ubisoft en désignant un adversaire américain et chrétien au lieu des sempiternels terroristes musulmans, robot, aliens ou nazis.

 

 

Parmi les regrets on notera une agressivité générale de l’environnement : impossible de faire 200 m en voiture sans être repéré par des cultistes qui ouvrent automatiquement le feu. La faune n’est pas tendre non plus : putois, dindons, ours, loups vous sauterons directement au visage en vous ayant repéré des dizaines de mètres au loin, et ce règne animal dopé aux stéroïdes ne succombera qu’après plusieurs rafales de fusil mitrailleur. Heureusement leurs peaux pourront être revendues dans les magasins (pas très vegan tout cela).

Une autre déception concerne le peu de type d’ennemis humains différents, il y en a certainement plus mais on a souvent l’impression d’affronter les mêmes trois modèles d’adversaires.

Au niveau technique j’ai testé le jeu en 4K HDR sur Xbox One X et il est assez superbe. On appréciera particulièrement les effets de lumières (le soleil éblouissant du matin, le crépuscule) comme les effets de brume. Si ce n’était le fusil d’assaut dans vos mains, on se croirait en pleine balade champêtre tant le niveau de détail du décor est élevé.

Un autre point particulièrement positif concerne le nombre de réglages de l’interface utilisateur: il est possible de désactiver de nombreuses alertes et autres messages à propos des objectifs, et sur PC d’adapter la roue de sélection des armes par une grille plus pratique à la souris. Cela permet de vraiment personnaliser son expérience.

Ce qu’on aime dans l’univers des Far Cry c’est son aspect dynamique, et le monde de Far Cry 5 n’est pas en reste et fera émerger du gameplay et des événements à chaque instant, parfois de façon assez involontairement hilarante (personne que vous venez de sauver qui se fait écharper par un ours, ennemis catapultés dans les airs, ..)

S’il n’apporte que peu de changements au niveau du gameplay, et qu’il n’est pas la critique politique que le marketing initial nous avait vendu, Far Cry 5 se révèle très plaisant à jouer, techniquement impressionnant, offre un contenu très important et un nouveau décor dépaysant et original.

Test réalisé à partir d’une version Xbox One fournie par l’éditeur.

A propos de l'auteur

papa

Rédacteur en chef avec la Passion™ ® du Jeu Vidéo depuis ses débuts sur Spectravideo et Sinclair ZX81.
Fier papa de 2 jeunes gamers.

Laissez un commentaire