article de Papa PC PS4 XBOX One

FINAL FANTASY XV WINDOWS EDITION

Ecrit par papa

« On est pas mieux qu’à dos de CHO-CO-BO ! » ♫

Le jeu de rôle de Square Enix annoncé il y a une dizaine d’année et finalement sorti en novembre 2016 sur consoles de salon (PS4 /Xbox One) est désormais disponible sur PC.

FINAL FANTASY XV se déroule dans le monde imaginaire d’Eos. Votre héros, Noctis Lucis Caelum (Noctis pour les intimes), est le prince du royaume de Lucis. Ce royaume est sous la protection d’un cristal magique et menacé par l’empire belliqueux du Niflheim. Noctis est envoyé dans le royaume voisin pour épouser Lunafreya Nox Fleuret afin de sceller le traité de paix qui a pour but de réunir le royaume de Lucis et l’empire de Niflheim. Il part donc avec ses 3 meilleurs amis dans la Regalia, la voiture préférée du roi, pour Altissia, où le mariage doit avoir lieu. Sans divulgacher davantage,  tout ne se passera pas comme prévu et notre prince en exil devra affronter des hordes de soldats du Niflheim (utilisant l’énergie Magitek que les fans apprécieront).

Le premier écran au lancement du jeu indique la couleur: « Un Final Fantasy pour les fans et les nouveaux venus ». En effet je n’ai fait que très peu d’épisodes de l’univers de Final Fantasy mais cet opus se révèle accessible et compréhensible sans avoir fait une thèse sur Hironobu Sakaguchi. Bien sûr le fan service est très présent : on retrouvera les chocobos (de grands volatiles jaunes et attachants), des divinités similaires (Bahamut, Odin, Ifrit, …), les cristaux, … voir un peu trop (cette version incluant de nombreux costumes un peu ridicules dès le début du jeu).

FINAL FANTASY XV prend place dans un gigantesque monde ouvert sans temps de chargement durant les déplacements (avec une seconde partie sera plus scénarisée et directive). L’univers est vaste et varié. On pourra le parcourir à pied, à dos de chocobo ou avec l’élégante Regalia. En effet la voiture est presque un personnage à part entière (accentué par le souci du détail de sa modélisation et des nombreuses possibilités de customisation).

Les relations entre Noctis, seul personnage jouable du groupe (sauf pour les DLC) et ses amis sont un part très importante du jeu. En effet les 4 jeunes gens (au look étudié de chanteurs de groupe de K-Pop) ont des rôles et des personnalités distinctes et ne cessent de discuter entre eux. Gladiolus, plus âgé et plus fort jouera le rôle du grand frère et n’hésitera pas à sermonner notre héros. Prompto est le comique du groupe, il utilise des armes à feu en combat et prend des photos consultables à la fin de chaque chapitre. Quant à Ignis, c’est le sage du groupe et un cuisinier hors pair.

Les dialogues sont bien écrit et ancrés dans le réel: il s’agit de jeune gens qui se vannent, se prennent en selfie, se chamaillent. Leur amitié sera parfois mise à rude épreuve par les événements et cela sera assez bien amené.

En fait ce qui rend ce jeu si attachant, c’est le mélange réussi entre d’un côté le grandiloquent, le fantastique, la tragédie et de l’autre le quotidien, l’anecdotique, la légèreté. Vos héros s’en iront terrasser un terrible titan, mais il faudra tout de même camper la veille et et choisir le repas et ils discuteront de tout et de rien dans la voiture (à noter les doublages français de bonne facture).

En plus de la trame principale il est possible de faire des nombreuses quêtes annexes. Il sera même possible d’accepter des contrats de chasseur vous obligeant à débusquer quelques monstres (des daemons) terrifiant la population pour de l’argent et de l’XP. Mais FFXV regorge d’activités et de mini jeux : courses de chocobo, jeu de flipper, pêche, la cuisine, …

Au niveau du système de combat, celui-ci est en temps réel et ressemble un peu à Final Fantasy XII. Noctis a le pouvoir de faire apparaître des armes. Il dispose aussi du mouvement assez sympa de pouvoir lancer son arme et se téléporter là où celle-ci atterrit, ce qui permet des combats très dynamiques. Il a aussi un pouvoir d’esquive et de parade demandant un excellent timing.

Comme tout bon RPG, FINAL FANTASY XV dispose d’un vaste arbre de compétences de 9 pages représentant les différentes facettes du jeu. Pour débloquer des compétences il faudra gagner des points d’expérience, accomplir certaines quêtes, de battre d’une façon particulière ou répondre correctement à certains dialogues.

Techniquement le jeu est superbe, La distance d’affichage est impressionnante et l’environnement est extrêmement détaillé et varié. La faune, agressive ou non, se révélera impressionnante. Les animations des personnages leur donneront beaucoup de vie et on sent que le jeu a bénéficié d’une attention aux moindres détails (ne serait-ce que le soin apporté aux vêtements des différents protagonistes, ou le détail dans l’architecture des bâtiments …). On appréciera la possibilité de voyage rapide car certains trajets en Regalia d’un bout à l’autre du continent peuvent être longs. On aime pouvoir sauvegarder à tout moment (sauf combat et donjons) ou le choix de la difficulté en cours de jeu.

Parmi les quelques rares défaut j’ai subi de rares passages où la synchronisation labiale était absente et le conduite manuelle de la voiture bien que proposée assez tôt ne fonctionnait qu’à partir du chapitre 3.

Cette version Windows Edition inclut les DLC des mises à jour gratuites des versions sur consoles, ainsi que les contenus téléchargeables payants disponibles initialement grâce au Season Pass. Parmi les nouveautés on trouvera un mode à la première personne somme toute anecdotique, une version corrigée du chapitre 13 et des quêtes inédites. Cette version permettra aux PCistes de jouer en 4K HDR, voir même en 8K pour les heureux possesseurs de l’équipement adéquat. Il est compatible avec les mods du Steam Workshop. Les détenteurs de carte NVIDIA pourront prendre de superbes photos avec le système Ansel et voir les extraits vidéo des meilleurs combats avec ShadowPlay highlights. Et si vous avez un doute sur la capacité de votre PC, Square Enix a mis à disposition un benchmark pour le test.

Square Enix a aussi créé tout un univers étendu autour de FINAL FANTASY XV avec un film en image de synthèse (Kingsglaive), une série animée (Brotherhood), un jeu de pêche en VR (Monster of the deep) divers jeux mobiles (King’s Knight, Pocket Edition), des DLC un mode multijoueur.

Le fil conducteur du scénario c’est ce périple sur les routes d’Eos avec la superbe Regalia. En fait FINAL FANTASY XV est un véritable road movie. FINAL FANTASY XV est un jeu pour les joueurs pour qui  « L’important, ce n’est pas la destination, mais le voyage en lui-même ».

Test réalisé à partir d’une version PC fournie par l’éditeur.

A propos de l'auteur

papa

Rédacteur en chef avec la Passion™ ® du Jeu Vidéo depuis ses débuts sur Spectravideo et Sinclair ZX81.
Fier papa de 2 jeunes gamers.

Laissez un commentaire