article de Papa indé Linux Mac PC

Where the Water Tastes Like Wine

Ecrit par papa

Comme le disait Hunter S. Thompson, « Les mythes et les légendes meurent difficilement en Amérique ».

Where the Water Tastes Like Wine est un jeu d’aventure narratif co-développé par Dim Bulb Games et le studio du Colorado Serenity Forge qui nous emmène sur les traces d’un clochard céleste, un vagabond, qui va traverser l’Amérique pour y dénicher les plus belles histoires.

Where the Water Tastes Like Wine est surtout le projet de Johnnemann Nordhagen, programmeur principal (et unique) de la société The Fullbright Company sur le célèbre jeu Gone Home. Nous l’avions rencontré lors de la dernière gamescom. Le jeu fut inspiré de ses voyages à travers le monde.

Après avoir perdu votre âme au poker face à un homme-loup mystérieux (doublé par Sting, oui le chanteur), vous serez contraint de traverser le Land of the Free pour collecter les légendes qui parcourent le pays.

Ces histoires seront inspirées des personnages et évènements réels et imaginaires tels que Jack Kerouac, Huckleberry Finn,  Les Raisins de la Colère, les pionniers de la piste de l’Oregon ou la grande dépression.

“Our battered suitcases were piled on the sidewalk again; we had longer ways to go. But no matter, the road is life”

C’est un jeu qui parle de liberté et vous pourrez l’expérimentez en parcourant le pays comme bon vous semble. Représenté par un squelette avec son baluchon sur le dos parcourant une carte de l’Amérique, vous marcherez à travers les états et les villes dans n’importe quelle direction. Vous pourrez aussi faire de l’autostop ou même vous faufiler dans un train (mais gare à la bastonnade si vous faites prendre).

En pratique à l’approche de certains bâtiments indiqués sur la carte vous aurez droit à des histoires représentant des évènements auquel assistera votre personnage et dans lesquels vous aurez parfois à effectuer un choix un peu à la façon d’un livre dont vous êtes le héros. Ces histoires seront collectées dans diverses catégories représentées par des cartes de tarots.

Celles-ci seront tristes, effrayantes, porteuses d’espoir ou amusantes … Elles ont été rédigées par 15 personnes différentes, la plupart scénaristes (et de façon assez surprenante et déconcertante de nombreux critiques de jeu vidéo). On appréciera la qualité d’écriture de ces courts récits, laissant pour la plupart toujours planer une part de mystère.

Parfois vous pourrez camper avec d’autres voyageurs autour d’un feu de camp. Ceux-ci vous demanderont de leur raconter des histoires. A vous d’utiliser les histoires obtenues correspondant à leur demande pour que ceux-ci à leur tour en raconte un peu plus sur eux.

“When the legend becomes fact, print the legend”

Vous aurez aussi l’opportunité d’écouter des histoires et constater qu’il s’agit de versions embellies, améliorées de vos propres aventures. Il sera très amusant de constater à quel point vos récits peuvent muter en autre chose.

Bien sûr impossible de ne pas évoquer la superbe musique de Ryan Ike, déjà responsable d’autres bandes-son pour le jeu vidéo tel que Gunpoint ou Frog Fractions  2. Elle aussi nous fera voyager à travers l’Amérique grâce à de la folk, du blues, du bluegrass ou même du big band jazz. Celle-ci évoluera  suivant l’état où vous vous trouverez.

On a apprécié la patte artistique des illustrations ressemblant à des peintures à la palette de couleurs délavées. Les doublages effectués par des professionnels de l’industrie (outre Sting) sont particulièrement soignés.

« Truth is stranger than fiction, but it is because Fiction is obliged to stick to possibilities; Truth isn’t”

Si artistiquement et scénaristiquement parlant le jeu est irréprochable, il n’en va pas hélas de même au niveau de la technique ou des contrôles. En effet le jeu saccade assez souvent et certaines mécaniques comme la faim, la soif ou l’inventaire sont un peu confuses. Mais le pire défaut à mon sens est la lenteur de votre personnage. Il y a bien un système à base de jeu de rythme vous enjoignant à presser l’un des 4 boutons du pad en rythme pour accélérer (très) légèrement les déplacements, mais c’est insuffisant. Je dois avouer qu’un déplacement lent est un des défauts les plus rédhibitoires à mon sens pour un jeu. Le fait que j’ai tout de même apprécié et recommande Where the Water Tastes Like Wine en dit beaucoup sur l’intérêt que je lui porte.

Where the Water Tastes Like Wine est un jeu original basé sur la narration et une plongée au cœur des mythes d’une Amérique rêvée et mystérieuse. Une aventure unique que je vous encourage à expérimenter.

Test réalisé à partir d’une version PC fournie par l’éditeur. 

A propos de l'auteur

papa

Rédacteur en chef avec la Passion™ ® du Jeu Vidéo depuis ses débuts sur Spectravideo et Sinclair ZX81.
Fier papa de 2 jeunes gamers.

Laissez un commentaire