article de Papa indé Nintendo Switch

Super Meat Boy sur Nintendo Switch

Ecrit par papa

Suuuuuuuper Meat Boy!

Super Meat Boy est un incontournable du jeu de plateforme devenu désormais un classique du jeu indé.

Jouer à Super Meat Boy c’est entrer dans l’univers barré d’Edmund McMillen et de Tommy Refenes. Le jeu sorti initialement en 2010 sur Xbox 360 (d’ailleurs n’hésitez pas à regarder Indie Game: The Movie qui montre les affres de la création de divers jeux indés dont Super Meat Boy ) vous permettra d’aider le petit Meat Boy, un héros sanguinolent, afin de sauver sa petite amie Bandage Girl de l’infâme Dr Fétus. Cela se traduira par des niveaux de plateforme assez courts, très ardus, dans lequel vous devrez sauter courir et grimper pour atteindre Bandage Girl.

Alors dire que le jeu est difficile est une litote. C’est même le Dark Souls des … (Non ne frappez pas je vais reformuler), voyons … c’est presque un Kobayashi Maru.

Néanmoins il vous faudra du temps pour venir à bout des plus de 300 niveaux répartis en 7 mondes.

Et bien sûr le but est d’essayer d’attendre la note A+ en faisant le meilleur temps possible pour atteindre bandage girl. Et là vous découvrirez le Dark World, une version encore plus hardcore du même niveau.

Avec seulement deux boutons (courir et sauter) il vous faudra bondir par-dessus des ravins, éviter des scies circulaires, esquiver adversaires et missiles. Meat Boy peut sauter le long des parois verticales (tout en laissant une longue traînée de sang, le jeu étant un peu trash).

Ce qui met Super Meat Boy au-dessus du lot c’est la précision des contrôles. Le jeu est hyper rapide et nerveux mais on peut toujours contrôler les sauts au millimètre. Sévère mais juste donc.

On apprécie aussi l’univers déjanté de Super Meat Boy et ses nombreuses références aux classiques du jeu vidéo, amusez-vous à les retrouver dans les cinématiques (Megaman, Pokemon…). Des passages secrets seront aussi accessibles aux plus persévérants.

La version Switch apporte une nouveauté: le mode course permettant de s’affronter en écran divisé à deux joueurs. Il faudra enchaîner les niveaux et le premier finissant la sélection de niveaux (un chapitre ou des niveaux aléatoires) a gagné. Cela donne des parties endiablées avec des retournements de situation (maudit 12ème niveau, où j’ai été rattrapé). Un moyen unique pour jouer sur son canapé (et gâcher quelques amitiés).

Mais clairement il faudra de bons yeux pour y jouer à deux sur la Switch en mode mobile, le personnage étant microscopique dans ce cas.

La bande sonore composée par  Matthias Bossi, Jon Evans, David Scatliffe et Laura Shigihara accompagnera agréablement les niveaux, on regrettera seulement que la version PC de Danny Baranowsky ne soit pas disponible.

Super Meat Boy n’a pas changé en passant sur la Nintendo Switch et c’est toujours un réel plaisir (masochiste) d’y jouer. Ça l’est d’autant plus qu’on peut désormais y jouer partout avec soi.

Test réalisé à partir d’un code Nintendo Switch fourni par le développeur.

A propos de l'auteur

papa

Rédacteur en chef avec la Passion™ ® du Jeu Vidéo depuis ses débuts sur Spectravideo et Sinclair ZX81.
Fier papa de 2 jeunes gamers.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.