article de Papa PS4

Gravity Rush 2

Ecrit par papa

Le monde à l’envers.

Gravity Rush 2 reprend les aventures de son héroïne Kat immédiatement à la suite de Gravity Rush premier du nom (jeu fort apprécié des possesseurs de PS Vita). Apres être tombée dans un puits gravitationnel à la fin du premier jeu, Kat se retrouve à Banga, un village de mineurs, sans ses pouvoirs. Elle retrouvera heureusement bien vite son chat magique et ses habilités spéciales le temps d’un premier chapitre faisant office de tutoriel.

En effet Kat dispose d’une capacité hors norme dans cet univers : son chat Poussière lui confère le pouvoir de modifier la gravité. Cette modification de la gravité qui donne l’impression de voler n’est en réalité qu’une chute dans une autre direction. Elle pourra aussi marcher le long des murs et des plafonds. Son pouvoir lui permet de plus de créer des champs gravitationnels et d’emporter des objets ou des gens.

Nouveauté de cet épisode, Kat peut changer de style de contrôle de la gravité parmi trois modes différents. Le mode lunaire lui permet de bondir comme si la gravité était aussi faible que sur la lune tandis que le mode Jupiter augmente la gravité et lui permet de faire des dégâts de zone importants.

Et tout cela s’avère bien pratique dans un univers composé uniquement de petites îles flottantes dans les airs.

Si le tutoriel dans le village flottant est un peu terne (mais joli), une fois arrivé en ville dès le deuxième chapitre, Gravity Rush 2 nous offre un monde coloré bourré de détails. Tout à l’air vivant : les passants vaquent à leurs occupations, on trouve des marchés, des cafés, cela grouille de vie. Jirga Para Lhao la map principale du jeu s’inspire autant de l’Amérique latine que de l’Asie.

Si les voitures volantes et l’architecture verticale vous ont fait penser au 5ème élément, c’est normal, le film et Gravity Rush 2 sont tous deux inspirés de l’Incal de Jean Giraud. En effet l’influence graphique de Jean Giraud, dit « Moebius », est vraiment palpable. D’ailleurs il n’y a pas que le style graphique qui est inspiré du maître, le chat poussière provient de la BD « Les yeux du chat » de Moebius. Cette touche française se mêlant harmonieusement à une couche manga pour créer un univers unique.

extrait de l’Incal de Moebius

S’ajoute une bande son originale peine de cuivres et d’influences diverses de Kohei Tanaka (qui avait composé celle de Gravity Rush mais qui est aussi connu pour avoir composé la musique d’animés tels que Gunbuster, Sakura Wars et One Piece)

On appréciera la fraîcheur du personnage de Kat, toujours positive, un peu naïve et maladroite (humaine quoi) mais courageuse et prête à aider les autres. C’est peut être accessoire mais cela nous change vraiment du cliché du « héros buriné maîtrisant 8 formes d’arts martiaux avec un sombre passé à la recherche de vengeance» collant à la plupart des AAA.

Bien sûr il y aura des combats et des adversaires, mais de nombreuses missions annexes n’auront aucune violence et feront sourire (ce vieux monsieur soit-disant mourant que Kat devra sauver en prenant des photos de jolies filles)

On retrouvera les étranges monstres noirs et gluants appelés Nevi, Mais Kat devra aussi affronter des militaires humains dont certains avec des mechas de combats. D’autres personnages feront leur retour comme Raven ou Syd, et on retrouvera Hekseville, la cité du précédent épisode. Mais surtout il sera question des origines mystérieuses de Kat.

Le jeu est beaucoup plus grand que son prédécesseur (2.5 fois d’après les développeurs) et offre au moins 25 heures jeu pour sa seule quête principale.

Il est en outre bourré de missions annexes ou de défis (comme ces chasses au trésor avec d’autres joueurs). Gravity Rush 2 propose un mode photo très détaillé et amusant (qui permet même d’être noté online par d’autres joueurs).

Si on devait pinailler on pourrait regretter  les moments où la caméra est à la peine dans les endroits étroits, en effet le moteur n’a pas été conçu pour cela, mais ces passages sont heureusement rares.

Gravity Rush 2 offre un univers réellement unique, plein de fraîcheur. La montée en gamme tant au niveau technique que du contenu permet à la série de réaliser une transition exemplaire sur PS4.

Pour info un dessin animé faisant le lien entre les deux épisodes est disponible ici:

Test réalisé à partir d’une version presse fournie par l’éditeur. 

A propos de l'auteur

papa

Rédacteur en chef avec la Passion™ ® du Jeu Vidéo depuis ses débuts sur Spectravideo et Sinclair ZX81.
Fier papa de 2 jeunes gamers.

Laissez un commentaire